Bibliographie

Bibliographie

Cette bibliographie, constamment élargie et actualisée (sur demande des auteurs eux-mêmes), est une entreprise collective des membres de la Société des amis de Bergson, destinée à fournir aux étudiants, aux chercheurs mais aussi au plus large public, un instrument de découverte et d’approfondissement de cette philosophie.

I. Œuvres de Bergson :

  • Essai sur les données immédiates de la conscience (1889), éd. Arnaud Bouaniche, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2007, 322 p.
  • Matière et mémoire (1896), éd. Camille Riquier, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2008, 544 p.
  • Le rire (1900), éd. Guillaume Sibertin-Blanc, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2007, 359 p.
  • L’évolution créatrice (1907), éd. Arnaud François, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2007, 696 p.
  • L’énergie spirituelle (1919), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 5e éd., 1996, 214 p.
  • Durée et simultanéité (1922), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 1992, 216 p.
  • Les deux sources de la morale et de la religion (1932), éd. Frédéric Keck et Ghislain Waterlot, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2008, 736 p.
  • La pensée et le mouvant (1934), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 6e éd., 1998, 291 p.
  • Œuvres (1959), Paris : PUF, 6e éd., 2001, 1628 p.
  • Mélanges, Paris : PUF, 1972, 1692 p.
  • Correspondances, Paris : PUF, 2002, 1705 p.
  • Cours, t. I : Leçons de psychologie et de métaphysique, éd. Henri Hude, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 1990, 445 p.
  • Cours, t. II : Leçons d’esthétique. Leçons de morale, psychologie et métaphysique, éd. Henri Hude, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 1992, 489 p.
  • Cours, t. III : Leçons d’histoire de la philosophie moderne. Théories de l’âme, éd. Henri Hude, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 1995, 314 p.
  • Cours, t. IV : Cours sur la philosophie grecque, éd. Henri Hude, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2000, 278 p.
  • « Histoire de l’idée de temps », cours au Collège de France de 1902-1903, leçons des 5 et 12 décembre 1902, éd. Arnaud François, in Worms, Frédéric (éd.), Annales bergsoniennes, t. I : Bergson dans le siècle, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2002, p. 25-68
  • « Histoire des théories de la mémoire », éd. Arnaud François, cours au Collège de France de 1903-1904, leçons des 15, 22, 29 avril, 6 et 13 mai 1904, in Worms, Frédéric (éd.), Annales bergsoniennes, t. II : Bergson, Deleuze, la phénoménologie, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2004, p. 41-149
  • « Cours de Bergson sur le De rerum originatione radicali de Leibniz », éd. Matthias Vollet, in Worms, Frédéric (éd.), Annales bergsoniennes, t. III : Bergson et la science, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », p. 25-52
  • Henri Bergson et Octave Hamelin, Deux cours sur Fichte, Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 1989, 203 p.
  • Henri Bergson et Albert Kahn, Correspondances, éd. Frédéric Worms et Sophie Coeuré, Strasbourg : Desmaret/Boulogne : Musée départemental Albert Kahn, 2003, 155 p.
  • La politesse et autres essais, avec une préface de Frédéric Worms, Paris : Payot & Rivages, coll. « Rivages poche », 2008, 76 p.

II. Traductions :

  • Aine ja mälu (Matière et mémoire), trad. estonienne par Margus Ott, Tartu, Ilmamaa, 2007, 256 p.
  • L’energia spirituale, trad. italienne par Giuseppe Bianco, Milan : coll. « Saggi », 2008, 182 p.
  • Essee teadvuse vahetutest andmetest (Essai sur les données immédiates de la conscience), trad. estonienne par Margus Ott, Tartu, Ilmamaa, 2006, 191 p.
  • Loov evolutsioon (L’évolution créatrice), trad. estonienne par Margus Ott, Tartu, Ilmamaa, 2005, 360 p.
  • Materija i memorija (Matière et mémoire), trad. macédonienne par Ana Dimiskovska, Skopje : coll. « Biblioteca philosophija », 2007, 251 p.
  • Naer (Le rire), trad. estonienne par Margus Ott, Tartu, Ilmamaa, 2009, 152 p.
  • « Sissejuhatus metafüüsikasse » (« Introduction à la métaphysique »), trad. estonienne par Margus Ott, Akadeemia, 2007, 8, p. 1743-1778
  • Storia della memoria e storia della metafisica, trad. italienne par Federico Leoni, éd. Rocco Ronchi et Federico Leoni, Pise : Edizioni ETS, coll. « Signi del pensiero », 2007, 148 p.
  • « Teadvus ja elu » (« La conscience et la vie »), trad. estonienne par Margus Ott, Akadeemia, 2009, 2, p. 346-364
  • Henri Bergson Centennial Series, éd. Keith Ansell Pearson, Palgrave Macmillan, trois volumes déjà parus : An Introduction to Metaphysics (avec une introduction de John Mullarkey), Mind Energy (avec une introduction de Keith Ansell Pearson), Creative Evolution (avec une introduction de Keith Ansell Pearson)

III. Bibliographies :

  • Gunter, Pete Addison Yancey, Henri Bergson : A Bibliography (1974), 2e éd. révisée, Bowling Green, Ohio : Philosophy Documentation Center, Bowling Green State University, 1986, 557 p.
  • Mossé-Bastide, Rose-Marie, Bergson éducateur, Paris : PUF, 1955, 465 p.

IV. Commentaires :

  • Adolphe, Lydie, La philosophie religieuse de Bergson, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1946, 233 p.
  • Adolphe, Lydie, L’univers bergsonien, Paris : La Colombe, 1955, 253 p.
  • Allport, Gordon W., Personality. A psychological Interpretation, New York : Henry Holt Company, 1937, 588 p.
  • Ansell Pearson, Keith, « Bergson on Memory », in S. Radstone & B. Schwarz (eds.), Mapping Memory, Fordham University Press, 2008
  • Ansell-Pearson, Keith, Philosophy and the Adventure of the Virtual : Bergson and the Time of Life, Routledge, 2002, 256 pp.
  • Antal, Illés, « Bergson und Schopenhauer », in Jahrbuch der Schopenhauer-Gesellschaft, t. III, 1914, p. 3-15
  • Archives de philosophie, t. XVII, n° 1 : Bergson et bergsonisme, janvier 1947, 171 p.
  • Archives de philosophie, t. LXXI, n° 2, éd. Brigitte Sitbon-Peillon : Bergson, centenaire de L’évolution créatrice, avril-juin 2008
  • Arendt, Hannah, La vie de l’esprit, t. II : Le vouloir (1978), trad. Lucienne Lotringer (1983), Paris : PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 2e éd., 1993, 270 p.
  • Auvray, M., « Bergson. Une théorie sensori-motrice de la perception », in Psychologie et histoire, vol. 4, 2003, p. 61-100
  • Azouvi, François, La gloire de Bergson. Essai sur le magistère philosophique, Paris : Gallimard, coll. « NRF Essais », 2007, 391 p.
  • The Athenaeum, « Literary Gossip », London : Athenaeum Press, n° 4383, 28 octobre 1911, p. 524
  • The Athenaeum, « Literary Gossip », London : Athenaeum Press, n° 4384, 4 novembre 1911, p. 560
  • Bachelard, Gaston, La dialectique de la durée (1936), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 3e éd., 2001, 150 p.
  • Baillot, Alexandre, « Bergson et Schopenhauer », in Mercure de France, t. DCCXXXII, n° 208, 15 décembre 1928, p. 513-529
  • Balan, Bernard, « L’œil de la coquille Saint Jacques, – Bergson et les faits scientifiques », in Raison présente, n° 119, 1996, p. 87-106
  • Balfour, Arthur James, « Creative Evolution and Philosophic Doubt », in Hibbert Journal, t. X, 1re partie, octobre 1911, p. 1-23 ; repris in Living Age, t. CCLXXI, n° 3511, 2 décembre 1911, p. 515-527
  • Barbaras, Renaud, Le désir et la distance. Introduction à une phénoménologie de la perception, Paris : Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 1999, 174 p.
  • Barbaras, Renaud, De l’être du phénomène. Sur l’ontologie de Merleau-Ponty, Grenoble : Millon, coll. « Krisis », 1991, 379 p.
  • Barbaras, Renaud, Introduction à une phénoménologie de la vie, Paris : Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 2008, 384 p.
  • Barbaras, Renaud, La perception. Essai sur le sensible, Paris : Hatier, coll. « Optiques philosophie », 1994, 79 p.
  • Barbaras, Renaud, Le tournant de l’expérience. Recherches sur la philosophie de Merleau-Ponty, Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1998, 287 p.
  • Barbaras, Renaud, Vie et intentionnalité. Recherches phénoménologiques, Paris : Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 2003, 222 p.
  • Barilli, Renato, Bergson. Il filosofo del software, Milano, Raffaello Cortina Editore, 2005, 126 p.
  • Barnard, G. William , Living Consciousness. The Metaphysical Vision of Henri Bergson, New York, State University of New York Press, coll. « SUNY Series in Transpersonal and Humanistic Psychology », 2011, 342 p.
  • Barron, Frank, « The Needs for Order and for Disorder as Motives in Creative Activity », in Scientific Creativity : Its Recognition and Development (1963), New York/Londres : John Wiley & Sons, Inc., 2e éd., mai 1964, p. 153-160
  • Barthélémy-Madaule, Madeleine, Bergson, Paris : Seuil, coll. « Écrivains de toujours », 1967, 189 p.
  • Barthélémy-Madaule, Madeleine, Bergson adversaire de Kant. Étude critique de la conception bergsonienne du kantisme, suivie d’une bibliographie kantienne, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1966, 276 p.
  • Baruzi, Joseph, La volonté de métamorphose, Paris : Grasset, 1911, 204 p.
  • Bazaillas, Albert, Musique et inconscience. Introduction à la psychologie de l’inconscient, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1908, 320 p.
  • Béguin, Albert et Thévenaz, Pierre (éd.), Henri Bergson. Essais et témoignages inédits (1941), Neuchâtel : Éditions de la Baconnière, 2e éd., 1942, 380 p.
  • Belot, Gustave, « Une théorie nouvelle de la liberté », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. XXX, n° 10, octobre 1890, p. 361-392
  • Bergson et nous. Actes du Xe Congrès des cociétés des philosophie de langue française. Paris, 17-19 mai 1959, Paris : Armand Colin, t. I : Communications, 1959, 355 p. ; t. II : Discussions, 1961, 324 p.
  • Bergson. Naissance d’une philosophie. Actes du Colloque de Clermont-Ferrand, 17 et 18 novembre 1989, Paris : PUF, 1990, 157 p.
  • « Bergson stands by will », in New York Times, vol. LXI, n° 20, 101, 5 février 1913, p. 8, col. 3
  • Berthelot, René, Un romantisme utilitaire. Étude sur le mouvement pragmatiste, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », t. I : Le pragmatisme chez Nietzsche et chez Poincaré, 1911, 416 p. ; t. II : Le pragmatisme chez Bergson, 1913, 358 p. ; t. III : Le pragmatisme religieux chez William James et chez les catholiques modernistes, 1922, 428 p.
  • Berthelot, René, « Sur l’histoire de l’idée de vie et sur les origines de la philosophie romantique », in Évolutionnisme et platonisme, Paris : Alcan, 1908, p. 70-87
  • Bianco, Giuseppe (éd.), Gilles Deleuze, Georges Canguilhem, il significato della vita. Lecture del capitolo III dell’Evoluzione creatrice di Bergson, avec une préface de Frédéric Worms, Milan : Mimesis, 2006
  • Blondel, Charles, La personnalité, in Georges Dumas (éd.), Nouveau traité de psychologie, t. VII : Les synthèses mentales, fascicule 3, Paris : PUF, 1948, p. 97-137
  • Boll, Marcel, « Sur la durée, la liberté, et autres “intuitions” », in Mercure de France, t. CXXV, n° 471, 1er février 1918, p. 385-410
  • Bönke, Hermann, Plagiator Bergson, membre de l’Institut. Zur Antwort auf die Herabsetzung der deutschen Wissenschaft durch Edmond Perrier, président de l’Académie des Sciences, Charlottenburg, 1915, 47 p.
  • Bönke, Hermann, « Wörtliche Übereinstimmungen mit Schopenhauer bei Bergson », in Jahrbuch der Schopenhauer-Gesellschaft, t. V, 22 mai 1916, p. 37-86
  • Borel, Émile, « L’évolution de l’intelligence géométrique », in Revue de métaphysique et de morale, t. XV, n° 6, novembre-décembre 1907, p. 747-754
  • Bouaniche, Arnaud et François, Arnaud, « Bergson : de la durée au quotidien », http://www.univ-lille3.fr/set/sem/bergsonbouanichecadreprincipal.html
  • Bourdeau, Jean, La philosophie affective. Nouveaux courants et nouveaux problèmes dans la philosophie contemporaine, Descartes et Schopenhauer, William James et M. Bergson, M. Th. Ribot, M. Alfred Fouillée, Tolstoï et Leopardi, Paris : Alcan, 1912, 180 p.
  • Bourgeois, Bernard, « L’idée dialectique dans la pensée française au XXe siècle », in Jean-François Mattéi (éd.), Philosopher en français. Langue de la philosophie et langue nationale, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2001, p. 45-57
  • Bouvier, Eugène-Louis, La vie psychique des insectes, Paris : Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », 1918, 304 p.
  • « Georg Brandes, “big, strong, unamiable, yet loveable” », in New York Times, vol. LXIII, n° 20, 581, 31 mai 1914, section 5, p. 3
  • Bréhier, Émile, « Liberté et métaphysique », in Revue internationale de philosophie, t. II, n° 6 : Numéro spécial : Signification de la liberté, 1948, p. 1-13
  • Bross, John Robert, The Role of Creativity in Metaphysics and Religion, Columbia University, 1951, 205 p., thèse résumée in Dissertation abstracts, t. XII, n° 1, 1952, p. 75-76
  • Brown, William, M. D., Mind and Personality. An Essay in Psychology and Philosophy, New-York/Londres : G. P. Putnam’s sons, 1927, 356 p.
  • Buican, Denis, La révolution de l’évolution, Paris : PUF, coll. « Histoires », 1989, p. 178-214
  • Canguilhem, Georges, « Commentaire au troisième chapitre de L’évolution créatrice », in Bulletin de la Faculté des lettres de Strasbourg, t. XXI, n° 5-6, mars-avril 1943, p. 126-143 ; Bulletin de la Faculté des lettres de Strasbourg, t. XXI, n° 7, mai 1943, p. 199-214 ; éd. Giuseppe Bianco, in Worms, Frédéric (éd.), Annales bergsoniennes, t. III : Bergson et la science, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », p. 113-160
  • Canguilhem, Georges, « Le concept et la vie » (1966), in Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris : Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 1968, p. 335-364
  • Capek, Milic, Bergson and Modern Physics, Dordrecht : Reidel, coll. « Boston Studies in the Philosophy of Science », 1971, 417 p.
  • Capek, Milic, « La genèse idéale de la matière ; la structure de la durée », in Revue de métaphysique et de morale, t. LVII, n° 3, juillet-septembre 1952, p. 325-348
  • Capek, Milic, « La théorie bergsonienne de la matière et la physique moderne », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. CXLIII, n° 1-3, janvier-mars 1953, p. 28-59
  • Carr, Herbert Wildon, « Bergson’s Theory of Knowledge », in Proceedings of the Aristotelian Society, New Series, t. IX, 1908-1909, p. 41-60
  • Carteron, Henri, « Remarques sur la notion de temps d’après Aristote », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. XCVIII, n° 7-8, juillet-août 1924, p. 68-81
  • Chaix-Ruy, Jules, Le surhomme de Nietzsche à Teilhard de Chardin, Paris : Éditions du Centurion, 1965, 348 p.
  • Challaye, Félicien, Bergson, Paris : Mellottée, coll. « Les maîtres de la pensée moderne », 1929, 280 p.
  • Champigny, Robert, « Position philosophique de la liberté », in Revue de métaphysique et de morale, t. LXIV, n° 2 : Pour le centenaire de Bergson, avril-juin 1959, p. 225-235
  • Chedin, Jean-Louis, « Deux conceptions du possible : Bergson et Aristote », in Revue de l’enseignement philosophique, t. XXXVII, n° 2, décembre 1986-janvier 1987, p. 36-50
  • Chevalier, Jacques, Bergson (1926), nouvelle édition revue et augmentée, Paris : Plon, coll. « Les maîtres de la pensée française », 1941, 356 p.
  • Chevalier, Jacques, Cadences, t. II : Voies d’accès au réel, principes de l’humanisme, images de France, Paris : Plon, 1951, 335 p.
  • Chevalier, Jacques, Entretiens avec Bergson, Paris : Plon, 1959, 315 p.
  • Choron, Jacques, La mort et la pensée occidentale, trad. Monique Manin, Paris : Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », 1969, 258 p.
  • Citoleux, Marc, « La philosophie de la vie et le bergsonisme », in Mercure de France, t. CCLXXXI, n° 950, 15 janvier 1938, p. 225-258
  • Conry, Yvette, L’évolution créatrice d’Henri Bergson, Paris : L’Harmattan, coll. « Épistémologie et philosophie des sciences », 2000, 328 p.
  • Costa-Carvalho, Magda, « La nature chez Bergson : le même et l’autre de l’homme », in J. Kelemen, J. Ferrari, J. Harmaty (éds.), Le même et l’autre. Identité et différence, Actes du XXXIe Congrès international de l’Association des Sociétés de philosophie de langue française (ASPLF), Budapest, 29 août-2 septembre 2006, Eotvos University Press, Mayenne, 2009, p. 187-192
  • Critique, t. LXIV, 61e année, n° 732, mai 2008, éd. Élie During : « Bergson en bataille », p. 357-448
  • Cysarz, Herbert, « Descartes und Bergson. Französischer Rationalismus und Irrationalismus in Deutschland », in Schopenhauer-Jahrbuch, t. L, 1969, p. 38-55
  • Dan, Clara, « Determinism si creatie în filozofia lui Bergson », in Revista de filozofie, t. XII, n° 12, décembre 1965, p. 1587-1603
  • Delbos, Victor, recension de Matière et mémoire par Bergson, in Revue de métaphysique et de morale, t. V, n° 3, mai-juin 1897, p. 353-389
  • Deleuze, Gilles et Guattari, Félix, L’anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie (1972), nouvelle édition augmentée, Paris : Les Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1973, 494 p.
  • Deleuze, Gilles, « Bergson, 1859-1941 » (1956), in L’île déserte et autres textes, Paris, Minuit, 2002, p. 28-42
  • Deleuze, Gilles, Le bergsonisme (1966), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2e éd., 1998, 119 p.
  • Deleuze, Gilles, Cinéma I. L’image-mouvement, Paris : Les Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1983, 298 p.
  • Deleuze, Gilles, Cinéma II. L’image-temps, Paris : Les Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1985, 378 p.
  • Deleuze, Gilles, « La conception de différence chez Bergson » (1956), in L’île déserte et autres textes, Paris, Minuit, 2002, p. 43-78
  • Deleuze, Gilles, « Cours sur le chapitre III de L’évolution créatrice de Bergson », éd. Anne Sauvagnargues, in Frédéric Worms (éd.), Annales bergsoniennes, t. II : Bergson, Deleuze, la phénoménologie, p. 166-188
  • Deleuze, Gilles, Différence et répétition (1968), Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 11e éd., 2003, 409 p.
  • Deleuze, Gilles, Proust et les signes (1964), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 1996, 219 p.
  • Delhomme, Jeanne, Nietzsche et Bergson, Paris : Deuxtemps Tierce, coll. « Littérales II », 1992, 167 p.
  • Delhomme, Jeanne, Vie et conscience de la vie. Essai sur Bergson, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1954, 191 p.
  • Devaux, André, « À l’occasion du centenaire de la naissance d’Henri Bergson. Signification et exigences de la vocation philosophique chez Bergson », in Revue de synthèse, t. LXXX, n° 13-14, janvier-juin 1959, p. 3-30
  • Dewey, John, « Spencer et Bergson », trad. Gérard Deledalle, in Revue de métaphysique et de morale, t. LXX, n° 3, juillet-septembre 1965, p. 325-333
  • Dewey, John, « Time and Individuality » (1940), in The later works. 1925-1953, t. XIV : 1939-1941, Carbondale and Edwardsville : Southern Illinois University Press, 1988, p. 98-122
  • Dilthey, Wilhelm, Die Typen der Weltanschauung und ihre Ausbildung in der metaphysischen Systemen (1911), in Gesammelte Schriften, t. VIII : Weltanschauungslehre. Abhandlungen zur Philosophie der Philosophie, Stuttgart : B. G. Teubner Verlaggesellschaft/Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, 276 p.
  • Driesch, Hans, « Bergson : der biologische Philosoph », in Zeitschrift für den Ausbau der Entwicklungslehre, t. II, 1908, p. 48-55
  • Les études bergsoniennes, Paris :
  • t. I, Albin Michel, 1948, 224 p. ;
  • t. II, Albin Michel, 1949, 276 p. ;
  • t. III, Albin Michel, 1952, 224 p. ;
  • t. IV, Albin Michel, 1956, 256 p. ;
  • t. V : Bergson et l’histoire de la philosophie, PUF, 1959, 220 p. ;
  • t. VI : Textes de Bergson, éd. André Robinet, PUF, 1961, 212 p. ;
  • t. VII : Bergson et l’Angleterre, PUF, 1966, 231 p. ;
  • t. VIII : Bergson et Péguy, PUF, 1968, 176 p. ;
  • t. IX : Bergson en Espagne, PUF, 1970, 232 p. ;
  • t. X : Mystique plotinienne, mystique bergsonienne, PUF, 1973, 195 p. ;
  • t. XI : Documentation bergsonienne : pièces pour les Mélanges, Correspondances, éd. André Robinet, PUF, 1976, 122 p.
  • Les études philosophiques, 2001, n° 4 : Bergson et l’idéalisme allemand, octobre-décembre 2001, p. 418-565
  • Evans, Serge, « La Vie et l’intelligence (M. Bergson et Schopenhauer) », in La renaissance contemporaine, t. VII, n° 12, 24 juin 1913, p. 814-822
  • Farges, Albert, « Le problème de la contingence d’après M. Bergson », in Revue pratique d’apologétique, t. VIII, n° 86, 15 avril 1909, p. 115-122
  • Fenichel, Otto, recension de « Medizin und Philosophie » par Kurt Hildebrandt, in Imago. Zeitschrift für Anwendung der Psychoanalyse auf die Geisteswissenschaften, t. IX, n° 3, 1923, p. 394
  • François, Arnaud, Bergson, Paris : Ellipses, coll. « Philo-philosophes », 2008, 128 p.
  • François, Arnaud, Bergson, Schopenhauer, Nietzsche. Volonté et réalité, Paris : PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 2008, 284 p.
  • François, Arnaud, « Bergson plagiaire de Schopenhauer ? Analyse d’une polémique », in Études germaniques, t. LX, n° 4, octobre-décembre 2005, p. 369-390
  • François, Arnaud, « La volonté chez Bergson », in Philippe Saltel (éd.), La volonté, Paris : Ellipses, coll. « Philo », 2002, p. 225-239
  • François, Arnaud, « La volonté chez Bergson et Schopenhauer », in Methodos, t. IV : Penser le corps, 2003, http://methodos.revues.org/document135.html
  • François, Arnaud, « Y a-t-il une théorie de la pulsion chez Bergson ? Pulsion et actualisation », in Jean-Christophe Goddard (éd.), La pulsion, Paris : Vrin, coll. « Théma », 2007, p. 183-211
  • Fujita, Hisashi, « La main de Bergson. Pour une histoire du vitalisme (non)-organique », Revue de langue et littérature françaises (Société de Langue et Littérature Françaises de l’Université de Tokyo), mai 2004, no. 29, pp. 307-331
  • Fujita, Hisashi, « La notion de finalité chez Kant et Bergson », Revue de langue et littérature françaises (Société de Langue et Littérature Françaises de l’Université de Tokyo), décembre 2004, no. 30, pp. 135-159
  • Fujita, Hisashi, « Entre phainomena et phantasmata. Deja-vu bergsonien et membre fantome merleau-pontien », Revue de langue et littérature françaises (Société de Langue et Littérature Françaises de l’Université de Tokyo), juin 2005, no. 31, pp. 165-189
  • Fujita, Hisashi, « La logique bergsonienne du corps : Corps propre, perception, technique » (Lille, le 17 mai 2006) http://stl.recherche.univ-lille3.fr/seminaires/philosophie/macherey/macherey20052006/machereyfujitacadreprincipal.html
  • Fujita, Hisashi, « La question du rythme et de la mesure dans la philosophie de Bergson », Etudes de langue et littérature françaises (Société japonaise de Langue et Littérature françaises), juillet 2006, no. 89, pp. 74-89
  • Fujita, Hisashi, « La notion de corps chez Bergson. Vers une autre histoire du spiritualisme français », Revue de Philosophie française (Société franco-japonaise de philosophie), août 2006, no. 11, pp. 146-155
  • Fujita, Hisashi, « Finalisme et vitalisme : Bergson et le problème de la téléologie » (texte et conférence-vidéo), « Ateliers euro-japonais sur L’Evolution créatrice de Bergson » (Toulouse, le 20 avril 2007) http://www.europhilosophie.eu/recherche/IMG/pdf/Fugita.pdf
  • Galy, R., « Le temps et la liberté chez Kant et chez Bergson », in Les études philosophiques, t. XVI, n° 3 : La nature humaine. Actes du XIe Congrès des Sociétés de Philosophie de Langue Française, juillet-septembre 1961, p. 281-284
  • Gillouin, René, La philosophie de M. Henri Bergson, Paris : Grasset, 1911, 187 p.
  • Gilson, Bernard, L’individualité dans la philosophie de Bergson, 2e éd. revue et complétée, Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1985, 110 p.
  • Giribone, Jean-Luc, Le rire étrange : Bergson avec Freud, Paris : Éditions du Sandre, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 2008, 60 p.
  • Godani, Paolo, Bergson e la filosofia, Pise : ETS, 2009
  • Goddard, Jean-Christophe, Mysticisme et folie. Essai sur la simplicité, Paris : Desclée de Brouwer, coll. « Philosophie », 2002, 191 p.
  • Gonzales, Horacio, Vermeren, Patrice, De Boisriou, Valentine (éd.), ¿Inactualidad del bergsonismo ?, Buenos Aires, Colihue Universidad, 2008, 380 p.
  • Gouhier, Henri, Bergson dans l’histoire de la pensée occidentale, Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1989, 132 p.
  • Gouhier, Henri, Bergson et le Christ des Évangiles (1962), 3e éd. revue et corrigée, Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1999, 145 p.
  • Gouhier, Henri, « La conversion de Maine de Biran au platonisme », in Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. II, 1941-1942, p. 267-326
  • Guerlac, Suzanne, “The Useless Image – Bataille, Magritte, Bergson”, in Representations 97, winter 2007, pp. 28-56
  • Guerlac, Suzanne, Books Thinking in Time : An Introduction to Henri Bergson, Cornell University Press, 2006
  • Guerlac, Suzanne, “Bergson” entry in The Columbia History of Twentieth Century French Thought, Lawrence D. Kritzman, ed., New York : Columbia University Press, 2006
  • Guerlac, Suzanne, Special issue on Bergson, MLN 120:50, 2005 (partial issue)
  • Guerlac, Suzanne, “The ‘Zig-Zags of a Doctrine’ : Bergson, Deleuze and the Question of Experience”, in Pli, The Warwick Journal of Philosophy # 15 (2004), pp. 34-53
  • Gueroult, Martial, Berkeley. Quatre études sur la perception et sur Dieu, Paris : Aubier-Montaigne, 1956, p. 108-116
  • Guitton, Jean, Le temps et l’éternité chez Plotin et saint Augustin (1933), in Œuvres complètes, t. IV : Philosophie, Paris : Desclée de Brouwer, coll. « Bibliothèque européenne », 1978, p. 21-463
  • Gunn, John Alexander, Bergson and his Philosophy, Project Gutenberg : http://www.gutenberg.org/etext/5717
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Bergson’s Theory of Matter and Modern Cosmology », in Journal of the History of Ideas, t. XXXII, n° 4, octobre-décembre 1971, p. 525-542
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « The Heuristic Force of Creative Evolution », in Southwest Journal of Philosophy, t. I, n° 3, 1970, p. 111-118
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Bergson’s Theory of Matter and Modern Cosmology », in Journal of the History of Ideas, t. XXXII, n° 4, octobre-décembre 1971, p. 525-542
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Nietzschean Laughter », in The Sewanee Review, t. LXXVI, n° 3, été 1968, p. 493-506
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Introduction. » Creative Evolution by Henri Bergson. NY : Barnes and Noble, 2005, vii-xvi
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Temporal Hierarchy in Bergson and Whitehead. » Interchange, 38, n.1-2, 2005, 139-157
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Review of Adventure of the Virtual : Bergson and the Time of Life by Keith Ansell Pearson. » Philosophia, 34, 2006, 223-229
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Darwinism : Six Scientific Alternatives. » The Pluralist, 1, n.1, 2006, 13-30
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Bergson’s Divided Line and Minkowski’s Psychiatry : The Way Down. » Chromatikon IV. Eds. M. Webe and P. Basile. Louvain : Presses Universitaires de Louvain, 2008, 107-119
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Perception, Memory and Duration : The Binding Problem and the Synthesis of the Past. » World Futures, 64, 2008, 125-132
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Preface : A Brief History of Process Philosophy. » Applied Process Thought I. Eds. M. Dibben and T.Kelley. Frankfurt : Ontos Verlag, 2008, 9-40
  • Gunter, Pete Addison Yancey, « Gilles Deleuze, Deleuze’s Bergson and Bergson Himself. » in Deleuze, Whitehead, Bergson : Rhizomatic Connections. Ed. K. Robinson. Houndmills : Palgrave-Macmillan, 2009, 167-180
  • Hankey, Wayne John, « Henri Bergson : The End is the Beginning », in French Neoplatonism in the 20th Century, http://epe.lac-bac.gc.ca/100/201/300/animus/latest/1999vol4/hankey4.htm#N_2_
  • Hausman, Carl R., A Discourse on Novelty and Creation, Albany : State University New York Press, 1984, 159 p.
  • D’Hautefeuille, François, « Bergson et Spinoza », in Revue de métaphysique et de morale, t. LXV, n° 4, octobre-décembre 1960, p. 463-474
  • D’Hautefeuille, François, « Schopenhauer, Nietzsche et Bergson », in Archives de philosophie, t. XVIII, n° 4, octobre-décembre 1965, p. 553-566
  • Hébert, Marcel, « M. Bergson et son affirmation de l’existence de Dieu », in Revue de l’Université de Bruxelles, t. XVII, n° 8-9, mai-juin 1912, p. 609-616
  • Heidsieck, François, Henri Bergson et la notion d’espace, Paris : Le Cercle du Livre, coll. « Les grandes études », 1957, 196 p.
  • Henry, Michel, Généalogie de la psychanalyse. Le commencement perdu (1985), Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2e éd., 2003, 398 p.
  • Hicks, G. Dawes, « The Nature of Willing », in Proceedings of the Aristotelian Society, t. XIII, 1913, p. 27-65
  • Hildebrandt, Kurt, « Medizin und Philosophie », in Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie, t. LIII, n° 1, 1923, p. 39-52
  • Hoernlé, R. F. A., « The analysis of volition : treated as a study of psychological principles and methods », in Proceedings of the Aristotelician Society, t. XIII, 1913, p. 156-189
  • Honigsheim, Paul, « Taine, Bergson et Nietzsche dans la nouvelle littérature française », in Zeitschrift für Sozialforschung, t. III, n° 3, 1934, p. 409-415
  • Horkheimer, Max, « Zu Bergsons Metaphysik der Zeit », in Zeitschrift für Sozialforschung, t. III, n° 3, 1934, p. 321-342
  • Howe, Laurence Westerby, The Idea of Endosmosis in Bergson’s Philosophy, University of Missouri-Columbia, 1983, 146 p., thèse résumée in Dissertation Abstracts International, t. XLIV, n° 12, partie I, juin 1984, University Microfilms International, p. 3713-A
  • Hude, Henri, Bergson, Paris : Éditions universitaires, coll. « Philosophie européenne », t. I : 1989, 190 p. ; t. II : 1990, 209 p.
  • « Human will makes energy », in New York Times, vol. LXI, n° 20, 107, 11 février 1913, p. 24, col. 4
  • Hurst, Charles Chamberlain, The Mechanism of Creative Evolution, Cambridge : University Press, 1933, 365 p.
  • Husson, Léon, L’intellectualisme de Bergson. Genèse et développement de la notion bergsonienne d’intuition, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1947, 240 p.
  • Hyppolite, Jean, « Bergson », in Figures de la pensée philosophique (1971), t. I, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 1981, p. 443-498
  • Ingarden, Roman, « Intuition und Intellekt bei Henri Bergson. Darstellung und Versuch einer Kritik » (1921), in Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung, t. V, 1922, p. 285-461
  • Invitto, Giovanni (éd.), Bergson, L’évolution créatrice e il problema religioso, Mimesis, 130 p.
  • Jacoby, Gunther, « Bergson, Pragmatism and Schopenhauer », in The Monist, t. XXII, n° 3, octobre 1912, p. 593-611
  • Jacoby, Günther, « Henri Bergson und Arthur Schopenhauer », in Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, t. X, n° 4, 1er janvier 1916, p. 454-479
  • Janet, Pierre, Les obsessions et la psychasthénie, Paris : Alcan, 1903, t. I, 764 p.
  • Janicaud, Dominique, Ravaisson et la métaphysique. Une généalogie du spiritualisme français (1969), Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1997, 276 p.
  • Jankélévitch, Vladimir, « Bergsonisme et biologie : à propos d’un ouvrage récent », in Revue de métaphysique et de morale, t. XXXVI, n° 2, avril-juin 1929, p. 253-256
  • Jankélévitch, Vladimir, « Deux philosophes de la vie. Bergson, Guyau », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. XCVII, n° 6, juin 1924, p. 402-449
  • Jankélévitch, Vladimir, Henri Bergson (1959), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 1999, 299 p.
  • Jaspers, Karl, recension de L’évolution créatrice par Henri Bergson (Die schöpferische Entwicklung, trad. 1912) par Bergson, in Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychologie, t. VI, 1913, p. 885-886
  • Joad, Cyril Edward Mitchinson, « The Problem of Free Will in the Light of Recent Developments in Philosophy », in Proceedings of the Aristotelian Society, t. XXIII, 1923, p. 121-140
  • Jones, H. Gordon, « Bergson et l’évolution : L’évolution créatrice », in Revue positiviste internationale, t. VIII, n° 5, 1er octobre 1913, p. 311-320
  • Jouhaud, Michel, « Bergson et la création de soi par soi », in Les études philosophiques, 1992, n° 3 : Philosophie française, avril-juin 1992, p. 195-215
  • Joussain, André, « L’expansion du bergsonisme et la psychologie musicale », in Revue politique et littéraire. Revue bleue, t. V, n° 24, 15 juin 1912, p. 758-763
  • Joussain, André, « Schopenhauer et Bergson », in Archives de philosophie, t. XXVI, n° 1, janvier-mars 1963, p. 71-89
  • Joussain, André, « Le sujet conscient et l’inconscient dans leur rapport avec la durée pure chez Bergson », in Archives de philosophie, t. XXII, n° 1, janvier-mars 1959, p. 5-23
  • Jung, Carl Gustav, « Die Bedeutung der Psychologie für den Gegenwart » (1933), in Gesammelte Werke, t. X : Zivilisation im Übergang (1974), Olten/Freiburg im Breisgau : Walter-Verlag AG Olten, 4e éd., 1991, p. 157-180
  • Jung, Carl Gustav, « Instinkt und Unbewusstes » (1919), in Gesammelte Werke, t. VIII : Die Dynamik des Unbewussten (1971), Olten : Walter-Verlag AG, 6e éd., 1991, p. 149-160
  • Klimke, Friedrich, S. J., « „Plagiator Bergson“ – eine Kulturfrage », in Stimmen der Zeit. Katholische Monatsschrift für das Geistesleben der Gegenwart, t. XC, n° 5, février 1916, p. 422-424
  • Knudsen, Peter, « Die bergsonsche Philosophie in ihrem Verhältnis zu Schopenhauer », in Jahrbuch der Schopenhauer-Gesellschaft, t. XVI, 1929, p. 3-44
  • Knudsen, Peter, « Ist Bergson ein Plagiator Schopenhauers ? », in Archiv für Geschichte der Philosophie, t. XXV, n° 2, 1er janvier 1919, p. 89-107
  • Lacombe, Roger-Étienne, La psychologie bergsonienne. Étude critique, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1933, 324 p.
  • Lahbabi, Mohamed Aziz, Liberté ou libération ? (à partir des libertés bergsoniennes), Paris : Aubier-Montaigne, 1956, 254 p.
  • Lalande, André, Les illusions évolutionnistes, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1930, 464 p.
  • Lalande, André, article « Liberté », in Vocabulaire technique et critique de la philosophie (1926), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 3e éd., 1993, t. I, p. 558-567
  • Laporte, Jean, La conscience de la liberté, Paris : Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », 1947, 296 p.
  • Lavelle, Louis, « Henri Bergson », in La philosophie française entre les deux guerres, Paris, Aubier, 1942
  • Lawlor, Leonard, The challenge of bergsonism. Phenomenology, ontology, ethics, Londres/New York : Continuum, 2003, 154 p.
  • Le Dantec, Félix, « La biologie de M. Bergson », in Revue du mois, t. IV, n° 2, 10 août 1907, p. 230-241, repris in Science et conscience, philosophie du XXe siècle, Paris : Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », 1908, 328 p.
  • Lefebvre, Alexandre et White, Melanie, Bergson, Politics and Religion, Durham, Duke University Press, 2012, 352 p.
  • Lefeuvre, Michel, La réhabilitation du temps. Bergson et les sciences d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2005, 169 p.
  • Le Roy, Édouard, « Continu et discontinu dans la matière : le problème du morcelage », in Cahiers de la nouvelle journée, t. XV, 1929, p. 135-165
  • Le Roy, Édouard, Une philosophie nouvelle. Henri Bergson, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1912, 208 p.
  • Le Roy, Édouard, « Sur la logique de l’invention », in Revue de métaphysique et de morale, t. XII, n° 2, avril-juin 1905, p. 193-223
  • Lersch, Philipp, « Gründsätzliches zur Lebensphilosophie », in Blätter für deutsche Philosophie, t. X, n° 1, 1936, p. 22-55
  • Levitt, Morton P., « The Companions of Kazantzakis : Nietzsche, Bergson and Zorba the Greek », in Comparative Literature Studies, t. XIV, n° 1, mars 1977, p. 360-380
  • Lévy-Bruhl, Lucien, recension (parue anonymement) de l’Essai sur les données immédiates de la conscience par Bergson, in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. XXIX, n° 6, mai 1890, p. 519-538
  • Lewkowitz, Albert, « Zur Religionsphilosophie der Gegenwart. II. Philosophie des Lebens : Darwin, Bergson, Simmel », in Monatsschrift für Geschichte und Wissenschaft des Judentums, t. LXVI, n° 10-12, octobre-décembre 1922, p. 249-268
  • Lossky, Nicolai, L’intuition, la matière et la vie, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1928, 179 p.
  • Lovejoy, Arthur Oncken, « The Meaning of Vitalism », in Science, t. XXXIII, n° 851, janvier-juin 1911, p. 610-614
  • Lovejoy, Arthur Oncken, « The Metaphysician of the Life-Force », in Nation, t. LXXXIX, n° 2309, 30 septembre 1909, p. 298-301
  • Lovejoy, Arthur Oncken, « Schopenhauer as an Evolutionist », in The Monist, t. XXI, n° 2, avril 1911, p. 195-222
  • Madinier, Gabriel, Conscience et mouvement. Essai sur les rapports de la conscience et de l’effort moteur dans la philosophie française de Condillac à Biran, Paris : Alcan, 1938, 481 p.
  • Marques, Silene Torres, Ser, tempo e liberdade : as dimensões da ação livre na filosofia de Henri Bergson, Sao Paulo : Humanitas/Fapesp, 2006, 155 p.
  • Mavit, Henry, L’intelligence créatrice, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1939, 155 p.
  • Mayer, Hans, « Welt und Wirkung Henri Bergsons », in Literatur der Übergangszeit. Essays, Berlin : Volk und Welt, 1949, p. 98-116
  • Merleau-Ponty, Maurice, « Bergson se faisant » (1959), in Éloge de la philosophie (1960), Paris : Gallimard, coll. « Folio », 1989, p. 237-253 ; repris in Signes (1960), Paris : Gallimard, coll. « NRF », p. 229-241
  • Merleau-Ponty, Maurice, « Éloge de la philosophie » (1953), in Éloge de la philosophie (1960), Paris : Gallimard, coll. « Folio », 1989, p. 13-69
  • Merleau-Ponty, Maurice, « Interrogation et intuition », in Le visible et l’invisible (1964), Paris : Gallimard, coll. « Tel », 1979, p. 142-171
  • Merleau-Ponty, Maurice, La nature. Notes du Collège de France (1956-1960), Paris : Seuil, coll. « Traces écrites », 1995, 380 p.
  • Merleau-Ponty, Maurice, Phénoménologie de la perception (1945), Paris : Gallimard, coll. « Tel », 2003, 531 p.
  • Merleau-Ponty, Maurice, L’union de l’âme et du corps chez Malebranche, Biran et Bergson (1947-1948), Paris : Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 1968, p. 79-114
  • Meyer, François, L’accélération évolutive. Essai sur le rythme évolutif et son interprétation quantique, Paris : Librairie des sciences et des arts, 1947, 68 p.
  • Meyer, François, La pensée de Bergson, Grenoble : Bordas, 1944, 128 p.
  • Meyer, François, Problématique de l’évolution, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1954, 284 p.
  • Meyerson, Émile, « Dans la lignée des grands créateurs », in Les nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, t. VII, n° 322, 15 décembre 1928, p. 1
  • Mignard, Maurice, « Automatisation et spontanéité. Pathologie mentale et psychologie bergsonienne », in Journal de psychologie normale et pathologique, t. XI, 1914, p. 199-220
  • Milet, Jean, Bergson et le calcul infinitésimal ou la raison et le temps, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophique contemporaine », 1974, 184 p.
  • Milhaud, Jean, À Bergson, la patrie reconnaissante, texte précédé d’une lettre d’André Maurois à Jean Milhaud, postface de Jean Guitton, Imprimerie Nationale, Paris, 1967
  • Mijuskovic, Ben, « The Simplicity Argument and Time in Schopenhauer and Bergson », in Schopenhauer-Jahrbuch, t. LVIII, Francfort-sur-le-Main, 1977, p. 43-58
  • Miquel, Paul-Antoine, Bergson ou l’imagination métaphysique, Paris : Kimé, coll. « Philosophie en cours », 2007, 164 p.
  • Miquel, Paul-Antoine, et Robert, Ladislas, Bio-logiques du vieillissement, Paris : Kimé, coll. « Philosophie-épistémologie », 2004, 111 p.
  • Miquel, Paul-Antoine, Comment penser le désordre ? Réconcilier la science et la philosophie, Paris : Fayard, 2000, 317 p.
  • Miquel, Paul-Antoine, Le problème de la nouveauté dans l’évolution du vivant. De L’évolution créatrice de Bergson à la biologie contemporaine, Lille : Presses universitaires du Septentrion, 1996, 606 p.
  • Mitchell, Arthur, recension de L’évolution créatrice par Henri Bergson, in Journal of Philosophy, Psychology, and Scientific Methods, t. V, n° 22, 22 octobre 1908, p. 603-612
  • Miyake, Takeshi, « Analyse de Bergson en particulier sur la relation de sa philosophie avec la neurologie contemporaine », in Kanamori, Osamu (éd.), L’épistémologie française et son actualité, Osamu Kanamori, 2008, p. 151-184 (en japonais)
  • Moore, F. C. T., Bergson. Thinking backwards, Cambridge : Cambridge University Press, coll. « Modern European Philosophy », 1996, 152 p.
  • Montebello, Pierre, L’autre métaphysique. Essai sur Ravaisson, Tarde, Nietzsche et Bergson, Paris : Desclée de Brouwer, coll. « Philosophie », 2003, 308 p.
  • Montebello, Pierre, La décomposition de la pensée. Dualité et empirisme transcendantal chez Maine de Biran, Grenoble : Millon, coll. « Krisis », 276 p.
  • Montebello, Pierre, « Vie et phénomène de vie », in Kairos, t. XXIII : Penser la vie, avril 2004, p. 75-104
  • Morkovsky, sœur Marie-Christine, « L’accomplissement de l’homme dans sa rencontre avec Dieu », in Communion, Cahiers trimestriels, Taizé-communauté, n° 15-16 : Au puits d’eau vive prier le Notre Père, septembre 1977, p. 65-73
  • Morrison, David, « The Treatment of History by Philosophers », in Proceedings of the Aristotelian Society, t. XIV, 1914, p. 291-321
  • Mossé-Bastide, Rose-Marie, Bergson et Plotin, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1959, 423 p.
  • Mossé-Bastide, Rose-Marie, « Bergson et Spinoza », in Revue de métaphysique et de morale, t. LIV, n° 1, janvier-mars 1949, p. 67-82
  • Moulyn, Adrian C., M. D., « Mechanisms and mental phenomena », in Philosophy of science, t. XIV, n° 3, juillet 1947, rééd. New York : Johnson Reprint Corporation/Londres : Johnson Reprint Company LTD., p. 242-253
  • Mourelos, Giorgos, Bergson et les niveaux de réalité, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1964, 257 p.
  • Mullarkey, John, with Stephen Linstead (with contribution), Bergson Now, special issue of the Journal of British Society for Phenomenology, Volume 35, No.1 (January 2004)
  • Mullarkey, John, with Stephen Linstead (with contribution), ’Bergson and the Social Sciences’, special issue of Culture and Organization, Volume 9, No. 3 (Sept 2003)
  • Mullarkey, John, with Keith Ansell Pearson (with contribution), Bergson : Key Writings, Continuum Press, London : 2002
  • Mullarkey, John (with contribution), The New Bergson, Manchester University Press, Manchester : 1999
  • Mullarkey, John, ‘Bergson and Religion’, forthcoming in History of the Philosophy of Religion, vol. 5, edited by Graham Oppy and Nick Trakakis, Acumen Press, 2007
  • Mullarkey, John, ‘Bergson’, in Encyclopaedia of Modern French Thought, edited by Chris Murray, London : Routledge, 2004 Mullarkey, John, ’Bergson’s Genetics of Matter’, in Pli, vol. 15 (2004), pp.125-43
  • Mullarkey, John, Bergson and Philosophy, Edinburgh University Press, 1999 ; (US edition) Notre Dame University Press, 2000
  • Mullarkey, John, ‘Bergson and the Language of Process’, in Process Studies, pp.44-58, Volume 24, Spring 1997
  • Mullarkey, John, ‘Bergson : The Philosophy of Durée-différence’, in Philosophy Today, pp.367-380, Volume 40, Autumn 1996
  • Mullarkey, John, ‘Bergson’s Method of Multiplicity’, in Metaphilosophy, 230-259, Volume 26, July 1995
  • Mullarkey, John, ‘Duplicity in the Flesh : Bergson and Current Philosophy of the Body’, in Philosophy Today, pp.339-355, Volume 38, Winter 1994-95
  • Nabert, Jean, « Les instincts virtuels et l’intelligence dans Les deux sources de la morale et de la religion » (1934), in L’expérience intérieure de la liberté et autres essais de philosophie morale, Paris : PUF, coll. « Philosophie morale », 1991, p. 313-348
  • Nabert, Jean, « L’intuition bergsonienne et la conscience de Dieu » (1941), in L’expérience intérieure de la liberté et autres essais de philosophie morale, Paris : PUF, coll. « Philosophie morale », 1991, p. 349-367
  • Nicholas, Sister Joan Dunston, O. P., Bergson’s Theory of the Unity of the Person, Saint Louis University, 1973, 277 p., thèse résumée in Dissertation Abstracts International, t. XXXV, n° 5, novembre 1974, Xerox University Microfilms, p. 3060-A-3061-A
  • Noël, Léon, La conscience du libre arbitre, Louvain : Institut supérieur de philosophie/Paris : P. Lethielleux éditeur, 1899, 288 p.
  • Osmo, Pierre, « De la vitalité propre aux philosophes de la vie ou comment Nietzsche et Bergson se nourrissent des sciences », in Rue Descartes, t. XI : Penser en Nietzsche, novembre 1994, p. 98-105
  • Ott, Margus, Eessõna [Préface]. – H. Bergson, Loov evolutsioon, Tartu, Ilmamaa, 2005, pp. 7-12
  • Ott, Margus, Järelsõna [Postface]. – H. Bergson, Essee teadvuse vahetutest andmetest, Tartu, Ilmamaa, 2006, pp. 177-185
  • Ott, Margus, Bergsoni „Aine ja mälu” [„„Matière et mémoire” de Bergson]. – H. Bergson, Aine ja mälu, Tartu, Ilmamaa, 2007, p. 249-253
  • Ott, Margus, Deleuze’i ja Bergsoni laps [„L’enfant de Deleuze et de Bergson]. – G. Deleuze, Bergsonism, Tartu, Ilmamaa, 2007, p. 109-113
  • Ott, Margus, Henri-Louis Bergson. – Epp Annus (éditeur). 20. sajandi mõttevoolud [Les courants de pensée du XX siècle], Tallinn-Tartu, Tartu Ülikooli Kirjastus, 2009, p. 85-105
  • Ott, Margus, Naeru kaks allikat : rõõm ja koomika [„Les deux sources du rire : la joie et le comique“]. – H. Bergson, Naer, Tartu, Ilmamaa, 2009
  • Paradis, Bruno, « Indétermination et mouvement de bifurcation chez Bergson », in Philosophie, t. XXXII, 1er octobre 1991, p. 11-40
  • Pariente, Jean-Claude, « Bergson et Wittgenstein », in Revue internationale de philosophie, t. XXIII, n° 2, avril-juin 1969, p. 183-204
  • Parodi, Dominique, « La durée et la matière », in Revue de métaphysique et de morale, t. XLVIII, n° 4, octobre-décembre 1941, p. 258-265
  • Paumen, Jean, Temps et choix, Bruxelles : Éditions de l’Université libre de Bruxelles, 1972, p. 35-69
  • Péguy, Charles, Note sur M. Bergson et la philosophie bergsonienne (1914), in Œuvres en prose complètes, t. III, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, p. 1245-1277
  • Perru, Olivier, Science et itinéraire de vie : la pensée de Bergson, Paris : Kimé, coll. « Philosophie en cours », 2009
  • Pflug, Günther, « Die Bergson-Rezeption in Deutschland », in Zeitschrift für philosophische Forschung, t. XLV, n° 2, avril-juin 1991, p. 257-266
  • Pflug, Günther, « Bergson und Schopenhauer », in Schopenhauer-Jahrbuch, t. LXIX, 1988, p. 537-548
  • Pflug, Günther, Henri Bergson. Quellen und Konsequenzen einer inductiven Metaphysik, Berlin : Walter de Gruyter, 1959, 393 p.
  • Philonenko, Alexis, Bergson ou de la philosophie comme science rigoureuse, Paris : Les Éditions du Cerf, coll. « Passages », 1994, 400 p.
  • Philosophie, t. LIV, 1er juin 1997, éd. Frédéric Worms : Henri Bergson, 95 p.
  • Pillon, François, recension de L’évolution créatrice par Henri Bergson, in Année philosophique, t. XIX, 1907, p. 182-184
  • Plekhanov, Georges, « Sur L’évolution créatrice d’Henri Bergson », trad. Jean Deprun, in Pensée, Nouvelle série, n° 80, juillet-août 1958, p. 103-107
  • Politzer, Georges (sous le pseudonyme de François Arouet), La fin d’une parade philosophique : le bergsonisme, Paris : Les Revues, 1929, 120 p.
  • Pommier, Éric, « La relation à autrui chez Bergson », in Philonsorbonne, n° 4, 2010
  • Pommier, Éric, « Le sens de la liberté selon Bergson », in Cahiers philosophiques, n° 122, juin 2010
  • Pommier, Éric, « La compréhension bergsonienne de la vie en débat avec l’ explication scientifique du vivant », in L’enseignement philosophique, 60e année, n°6
  • Poulet, Georges, « Bergson et le thème de la vision panoramique des mourants », in Revue de théologie et de philosophie, 1960, n°1, Lausanne, p. 23-41, rééd. « Bergson, le thème de la vision panoramique des mourants et la juxtaposition », in L’espace proustien (1963), Paris : Gallimard, coll. « Tel », 1982, p. 165-205
  • Prado Jr., Bento, Présence et champ transcendantal : conscience et négativité dans la philosophie de Bergson (1988), trad. Renaud Barbaras, Hildesheim : Olms, coll. « Europaea memoria », 2002, 181 p.
  • Prelorentzos, Yannis, « Vie et conscience selon Bergson », in Philosophia (revue annuelle du Centre de Recherche sur la Philosophie Grecque de l’Académie d’Athènes), vol. 39, 2009, p. 325-346
  • Prigogine, Ilya, et Stengers, Isabelle, Entre le temps et l’éternité (1988), Paris : Flammarion, coll. « Champs », 222 p.
  • Prigogine, Ilya, et Stengers, Isabelle, La nouvelle alliance : métamorphose de la science (1979), Paris : Gallimard, coll. « Folio », 1993, 439 p.
  • Rageot, Gaston, recension de L’évolution créatrice par Henri Bergson, in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. LXIV, n° 7, juillet 1907, p. 73-85
  • Reboul, Olivier, L’homme et ses passions d’après Alain, t. II : La sagesse, Paris : PUF, 1968, 310 p.
  • Reik, Theodor, recension de Die Philosophie des zwanzigsten Jahrhunderts in ihren Hauptströmungen par Richard Müller-Freienfels, in Imago. Zeitschrift für Anwendung der Psychoanalyse auf die Geisteswissenschaften, t. IX, n° 3, 1923, p. 394-395
  • Reymond, Arnold, « Note sur Carnot et Bergson », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. LXXXIII, n° 3, mars 1958, p. 371-372
  • Revue de métaphysique et de morale, t. LXIV, n° 2 : Pour le centenaire de Bergson, avril-juin 1959
  • Revue internationale de philosophie, t. XLV, n° 2 : Bergson (1941-1991), avril-juin 1991, p. 98-197
  • Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. LXVI, n° 3-8 : Études bergsoniennes, mars-août 1941, p. 121-342
  • Revue philosophique de la France et de l’Étranger, t. CXCVIII, 133e année, n° 2, éd. Jean-Louis Vieillard-Baron : Lectures de Bergson, avril-juin 2008, p. 132-271
  • Rey, Abel, « L’invention artistique, scientifique, pratique », in Georges Dumas (éd.), Traité de psychologie, Paris : Alcan, 1924, t. II, p. 426-476
  • Reynaud, Louis, La crise de notre littérature. Des romantiques à Proust, Gide et Valéry, Paris : Hachette, 1929, p. 123-126, 192-193, 196, 209-211
  • Rickert, Heinrich, Die Philosophie des Lebens. Darstellung und Kritik der philosophischen Modeströmungen unserer Zeit, Tübingen : Verlag von J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1920, 196 p.
  • Riquier, Camille, Archéologie de Bergson. Temps et métaphysique, Paris, PUF, coll. « Épiméthée », 2009, 488 p.
  • Rivera de Ventosa, Enrique, « Bergson y M. de Unamuno, dos filósofos de la vida », in Cuadernos de la cátedra Miguel de Unamuno, t. XXII, 1972, p. 99-125
  • Robinet, André, Bergson ou les métamorphoses de la durée, Paris : Seghers, coll. « Philosophes de tous les temps », 1965, 191 p.
  • Rocheblave-Spenlé, Anne-Marie, La notion de rôle en psychologie sociale. Étude historico-critique (1962), 2e éd. augmentée, Paris : PUF, coll. « Bibliothèque scientifique internationale », 1969, 534 p.
  • Rodrigues, Gustave, Bergsonisme et moralité, Paris : Chiron, 1921, 157 p.
  • Romanòs, Konstantinos P., Heimkehr. Henri Bergsons lebensphilosophische Ansätze zur Heilung von erstarrtem Leben, Francfort-sur-le-Main : Athenäum, 1988, 290 p.
  • Romeyer, Blaise, « La liberté humaine d’après Henri Bergson », in Revue néo-scolastique de philosophie, t. XXXV, n° 38, mai 1933, p. 190-219
  • Russell, Bertrand, « The Philosophy of Bergson », in The Monist, t. XXII, n° 3, juillet 1912, p. 321-347, repris in The Philosophy of Bergson : with a Reply by Mr. Herbert Wildon Carr, and a Rejoinder by Mr. Russel, Cambridge : Bowes and Bowes, Londres : Macmillan, Glasgow : MacLehose, 1914, 36 p.
  • Russell, Bertrand, « Mysticism and Logic », in Hibbert Journal, t. XII, n° 48, juillet 1914, p. 780-803
  • Ruyer, Raymond, La conscience et le corps (1937), Paris : PUF, coll. « Nouvelle encyclopédie philosophique », 1950, 144 p.
  • Sartre, Jean-Paul, L’être et le néant (1943), Paris : Gallimard, coll. « Tel », 1976, 676 p.
  • Sartre, Jean-Paul, « Une idée fondamentale de la phénoménologie de Husserl : l’intentionnalité » (1939), in Situations philosophiques, Paris : Gallimard, coll. « Tel », 1990, p. 9-12
  • Sartre, L’imagination (1936), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 3e éd. corrigée, 1989, 164 p.
  • Scheler, Max, « Einleitung » (1925), in Gesammelte Werke, t. XII : Schriften aus dem Nachlass, vol. 3 : Philosophische Anthropologie, Bonn : Bouvier Verlag Herbert Grundmann, 1987, 382 p.
  • Scheler, Max, Erkenntnis und Arbeit. Eine Studie über Wert und Grenzen des pragmatischen Motivs in der Erkenntnis der Welt (1925), in Gesammelte Werke, t. VIII : Die Wissensformen und die Gesellschaft, Berne/Munich : Francke Verlag, 1960, 536 p.
  • Scheler, Max, « Ethik. Eine kritische Übersicht der Ethik der Gegenwart » (1914), in Gesammelte Werke, t. I : Frühe Schriften, Berne : Francke Verlag, 1971, 434 p.
  • Scheler, Max, Der Genius des Krieges und der Deutsche Krieg (1914), in Gesammelte Werke, t. IV : Politisch-pädagogische Schriften, Berne/Munich : Francke Verlag, 1982
  • Scheler, Max, « Mensch und Geschichte » (1926), in Gesammelte Werke, t. IX : Späte Schriften, Berne/Munich : Francke Verlag, 1976, 384 p.
  • Scheler, Max, « Versuche einer Philosophie des Lebens » (1913), in Die weißen Blätter, t. I, 1914, p. 203-233 ; rééd. in Vom Umsturz der Werte. Abhandlungen und Aufsätze, t. II (1915), 4e éd. révisée, in Gesammelte Werke, t. III : Vom Umsturz der Werte. Abhandlungen und Aufsätze, Berne : Francke Verlag, 1955, p. 313-339
  • Simmel, Georg, « Henri Bergson » (1914), in Zur Philosophie der Kunst. Philosophische und Kunstphilosophische Aufsätze von Georg Simmel, Potsdam : Kiepenheuer Verlag, 1922, p. 126-145
  • Simmel, Georg, Philosophische Kultur. Gesammelte Essais (1911), in Gesamtausgabe, t. XIV, Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp, 1996, 530 p.
  • Schrecker, Paul, Henri Bergsons Philosophie der Persönlichkeit. Ein Essay über analytische und intuitive Psychologie, in Schriften des Vereins für freie psychoanalytische Forschung, t. III, Munich : Verlag von Ernst Reinhardt, 1912, 61 p.
  • Segond, Jules, L’intuition bergsonienne (1912), Paris : Alcan, 2e éd., 1916, 156 p.
  • Sertillanges, Antonin Dalmace, S. J., Avec Henri Bergson (1941), Mons : Éditions Sils-Maria, coll. « Les fac-similés », 2002, 59 p.
  • Sertillanges, Antonin Dalmace, S. J., « La Critica bergsoniana e la creazione ‘ex nihilo’ », in Quaderni di Roma, t. I, n° 2, mars 1947, p. 101-110
  • Sertillanges, Antonin Dalmace, S. J., « Le libre arbitre chez S. Thomas et chez Henri Bergson », in La vie intellectuelle, t. XLIX, n° 2, 25 avril 1937, p. 252-267
  • Silva, Franklin Leopoldo e, « A constitução das existências lógicas (Bergson leitor de Aristóteles) », in Discurso, t. XVIII, 1990, p. 143-160
  • Simmel, Georg, « Bergson und der deutsche „Zunismus“ », in Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, t. IX, n° 9, septembre 1914, p. 197-199
  • Simmel, Georg, « Henri Bergson » (1914), in Zur Philosophie der Kunst. Philosophische und Kunstphilosophische Aufsätze von Georg Simmel, Potsdam : Kiepenheuer Verlag, 1922, p. 126-145
  • Sitbon-Peillon, Brigitte, « L’Ambivalence de Bergson : entre judaïsme et christianisme », in La célibataire. Revue de psychanalyse, t. XV, automne 2007, p. 114-128
  • Sitbon-Peillon, Brigitte, « Bergson et Durkheim : entre philosophie et sociologie. Ruptures et unité », in Klesis, novembre 2007, www.klesis-revue.org
  • Sitbon-Peillon, Brigitte, Religion, métaphysique et sociologie chez Bergson. Une expérience intégrale, Paris, PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 2009, 352 p.
  • Sokal, Alan et Bricmont, Jean, Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob, 1997 (chapitre XI)
  • Sorel, Georges, recension de L’évolution créatrice par Henri Bergson, in Mouvement socialiste, t. XII, n° 191, 15 octobre 1907, p. 257-282 ; n° 193, 15 décembre 1907, p. 478-494 ; t. XIII, n° 194, 15 janvier 1908, p. 34-52 ; n° 196, 15 mars 1908, p. 184-194 ; n° 197, 15 avril 1908, p. 276-294
  • Soulez, Philippe et Worms, Frédéric, Bergson (1997), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2002, 391 p.
  • Soulez, Philippe, Bergson politique, Paris : PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 1989, 416 p.
  • The Southern Journal of Philosophy, Volume 43, Issue 4, Winter 2005
  • Soysal, Ahmet, « Immanence et animalité », in Alter, t. III : L’animal, Paris : Éditions Alter, 1995, p. 151-165
  • Spaier, Albert, La pensée concrète. Essai sur le symbolisme intellectuel, Paris : Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1927, 446 p.
  • Spiegelberg, Herbert, The Phenomenological Movement. A historical introduction (1965), 3e éd. révisée et augmentée avec la collaboration de Karl Schuhmann, La Hague/Boston/Londres : Martinus Nijhoff Publishers, 1982, 768 p.
  • Stallknecht, Newton Phelps, Bergson’s Idea of Creation, in Studies in the Philosophy of Creation. With Especial Reference to Bergson and Whitehead (1934), in The Collected Works of Newton P. Stallknecht, t. III, Lewinston/Queenston/Lampeter : The Edwin Mellen Press, 2000, p. 77-157
  • Stebbing, Lizzie Susan, « The Notion of Truth in Bergson’s Theory of Knowledge », in Proceedings of the Aristotelian Society, t. XIII, 1913, p. 224-256
  • Stebbing, Lizzie Susan, Pragmatism and French Voluntarism, with Especial Reference to the Notion of Truth in the Development of French Philosophy from Maine de Biran to Professor Bergson, Cambridge : University Press, 1914, 168 p.
  • Strummielo, Giusi (éd.), Dio, la vita, il nulla. L’evoluzione creatrice di Henri Bergson a cento anni dalla pubblicazione. Atti del Colloquio internazionale Bari, 4 maggio 2007, Bari, Edizioni di Pagina, coll. « Biblioteca filosofica di Quaestio », 2008, 165 p.
  • SubStance. A Review of Theory and Literary Criticism, Issue 114, Vol. 36, N° 3 : Henri Bergson’s Creative Evolution, éd. Michael Kolkman et Michael Vaughan, 2007, 149 p.
  • Thibaud, Marguerite, L’effort chez Maine de Biran et Bergson, Grenoble : Imprimerie Allier Père et Fils, 1939, 197 p.
  • Thibaudet, Albert, Le bergsonisme (1923), Paris : Gallimard, coll. « NRF », 7e éd., 1924, t. I : 256 p. ; t. II : 253 p.
  • Thomson, John Arthur, « Biological Philosophy », in Nature, t. LXXXVI, n° 2189, 12 octobre 1911, p. 475-477
  • Tison-Braun, Micheline, L’introuvable origine. Le problème de la personnalité au seuil du XXe siècle. Flaubert, Mallarmé, Rimbaud, Valéry, Bergson, Claudel, Gide, Proust, Genève : Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 1981, p. 139-158
  • Tonquédec, Joseph de, Sur la philosophie bergsonienne, Paris : Beauchesne, 1936, 243 p.
  • Trevisan, Armindo, Essai sur le problème de la création chez Bergson, thèse, Fribourg, 1963, 194 p.
  • Understanding Bergson, Understanding modernism, Londres/New York, Continuum Press, 2011
  • Vanencia Garcia, Jaime, L’imagination chez Bergson,Université cathologique de Louvain, 1973
  • Veyne, Paul, Comment on écrit l’histoire (1971), Paris : Seuil, coll. « Points », 438 p.
  • Vieillard-Baron, Jean-Louis, Bergson (1991), Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? », 2e éd. corrigée, 1993, 127 p.
  • Vieillard-Baron, Jean-Louis, « Bergson et Nabert, lecteurs de Fichte », in Fichte-Studien, t. XIII : Fichte im 20. Jahrhundert, 1997, p. 89-107
  • Vieillard-Baron, Jean-Louis, Bergson et le bergsonisme, Paris : Armand Colin, coll. « Synthèse », série « Philosophie », 1999, 95 p.
  • Vieillard-Baron, Jean-Louis (éd.), Bergson. La durée et la nature, Paris : PUF, coll. « Débats philosophiques »
  • Vieillard-Baron, Jean-Louis (éd.), Bergson, la vie et l’action, Paris : Les Éditions du Félin, coll. « Les marches du temps », 2007, 161 p.
  • Vollet, Matthias, Die Wurzel unserer Wirklichkeit. Problem und Begriff des Möglichen bei Henri Bergson, Freiburg/München, coll. « Phänomenologie », série « Kontexte », 2007, 308 p.
  • Wahl, Jean, Du rôle de l’instant dans la philosophie de Descartes [1920], avec une préface de Frédéric Worms, Paris : Descartes & Cie, 1994, 134 p.
  • Waszkinel, Romuald, « L’inspiration aristotélicienne de la métaphysique de Bergson », trad. Eugeniusz Hejno, in Revue philosophique de Louvain, t. LXXXII, mai 1991, p. 211-241
  • Waterlot, Ghislain (éd.), Bergson et la religion. Nouvelles perspectives sur Les deux sources de la morale et de la religion, Paris : PUF, 2008, 480 p.
  • Weber, Jean, « Une étude réaliste de l’acte et ses conséquences morales », in Revue de métaphysique et de morale, t. II, n° 6, novembre-décembre 1894, p. 531-562
  • Weber, Louis, recension de L’évolution créatrice par Bergson, in Revue de métaphysique et de morale, t. XV, n° 5, septembre-octobre 1907, p. 620-670
  • Werner, Charles Gaston, La philosophie moderne, Paris : Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », 1954, p. 220-281
  • Whitehead, Alfred North, « Reflections on Time and Endurance », in Southern Journal of Philosophy, t. XII, n° 1, 1974, p. 117-126
  • Worms, Frédéric (éd.), Annales bergsoniennes :
  • t. I : Bergson dans le siècle, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2002, 374 p. ;
  • t. II : Bergson, Deleuze, la phénoménologie, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2004, 534 p. ;
  • t. III : Bergson et la science, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2007, 518 p. ;
  • t. IV (coéd. Anne Fagot-Largeault) : L’évolution créatrice 1907-2007 : épistémologie et métaphysique, Paris : PUF, coll. « Épiméthée », 2008, 744 p.
  • Worms, Frédéric, « James et Bergson : lectures croisées », in Philosophie, t. LXIV, 1er décembre 1999, p. 54-68
  • Worms, Frédéric et Wunenburger, Jean-Jacques (éds.), Bergson et Bachelard : continuité et discontinuité, Paris : PUF, 304 p.
  • Worms, Frédéric, Bergson ou les deux sens de la vie, Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2004, 360 p.
  • Worms, Frédéric, Introduction à Matière et mémoire de Bergson, Paris : PUF, coll. « Les grands livres de la philosophie », 1997, 329 p.
  • Worms, Frédéric, « La vie qui unit et qui sépare ? La question philosophique du sens de la vie aujourd’hui », in Kairos, t. XXIII : Penser la vie, avril 2004, p. 211-228
  • Worms, Frédéric, Le vocabulaire de Bergson, Paris : Ellipses, coll. « Vocabulaire de… », 2000, 63 p.
  • Wundt, Wilhelm, recension de « Plagiator Bergson, membre de l’Institut. Zur Antwort auf die Herabsetzung der deutschen Wissenschaft durch Edmond Perrier, président de l’Académie des Sciences » par Hermann Bönke, in Literarisches Zentralblatt für Deutschland, t. LXVI, 1915, p. 1131-1138
  • Wundt, Wilhelm, Über den wahrhaften Krieg. Rede, gehalten in der Alberthalle zu Leipzig am 10. September 1914, Leipzig : Alfred Kröner Verlag, 1914, 40 p.
  • Zanfi, Caterina, Bergson, la tecnica, la guerra : una rilettura delle « Due fonti », avec une préface de Manlio Iofrida, Bologne : Bononia University Press, coll. « Hypertera », 2009, 208 p.
  • Zanfi, Caterina, Bergson in Italia nel secondo dopoguerra, in Revista bianca. Bollettino della Società italiana di Storia della Filosofia, III 2/2010-1/2011
Colloque Sartre et Bergson – appel à communications

Colloque Sartre et Bergson – appel à communications

Vous trouverez ci-joint (fichier pdf) l’argumentaire de l’appel à communications du Groupe d’Etudes Sartriennes pour le colloque de l’année 2012, qui se tiendra à la Sorbonne (Paris), les 22 et 23 juin. Thématiques : Sartre et Bergson, Sartre et le magique (philosophie) ; Sartre et le portrait biographique (littérature). N’hésitez pas à transmettre cet appel à toute personne intéressée. Les propositions de communication sont à faire parvenir à l’un des secrétaires du GES pour le 15 janvier 2012 (prière d’utiliser l’adresse électronique personnelle des secrétaires). N’hésitez pas à contacter les secrétaires du GES pour tout renseignement, si nécessaire !

Florence Caeymaex (philosophie) : F.Caeymaex@ulg.ac.be Alexis Chabot (littérature) : alexis.chabot@orange.fr Secrétaires du GES Site : http://www.ges-sartre.fr/

Disséminations de L’évolution créatrice de Bergson

Disséminations de L’évolution créatrice de Bergson

Disséminées en 1907 par le philosophe français Henri Bergson, germées en 1927 avec l’obtention du Prix Nobel, les graines de l’Évolution créatrice ont désormais poussé aux quatre coins du monde. L’ouvrage ne cesse de porter ses fruits dans les domaines philosophiques, scientifique, historique, voire politique. En octobre 2007, à l’occasion du centenaire de sa parution et dans le cadre des célébrations nationales de « l’année Bergson » en France, un colloque a associé des chercheurs mondialement reconnus au Japon. Le présent volume rassemble les exposés de ce colloque « Disséminations de L’Evolution créatrice. Histoire(s) de la réception ».

Colloque « Vie et éthique, de Bergson à nous »

Colloque « Vie et éthique, de Bergson à nous »

Le Cercle camerounais de Philosophie (CERCAPHI) a l’honneur de vous informer qu’il se tiendra à Yaoundé les 21 et 22 novembre 2013, la seconde édition des « Rencontres philosophiques internationales de Yaoundé » sur le thème « VIE ET ETHIQUE, DE BERGSON A NOUS ». Ce colloque international sera présidé par Ebénézer NJOH MOUELLE, président du CERCAPHI. En vous faisant tenir ci-joint l’argumentaire du colloque ainsi que quelques orientations thématiques, je vous serais reconnaissant de communiquer le sujet ainsi que le résumé de votre contribution éventuelle au Secrétariat du CERCAPHI avant la date du 15 janvier 2013. Le respect de ce délai permettra au CERCAPHI de vous communiquer dès le 30 janvier 2013 une lettre d’invitation, le programme détaillé et les modalités pratiques de participation à ce colloque international.

Secrétariat du CERCAPHI BP : 16 134 Yaoundé/Cameroun Tél : (00 237) 77 64 96 14 ou (00 237) 96 55 15 45 E. mail : colloquecercaphi2013@gmail.com

Emile KENMOGNE Hdr de Paris Est MLV Université de Yaoundé I

Henri Bergson

Henri Bergson

1859 : Henri Bergson naît le 18 octobre à Paris. Il est le deuxième enfant de Michaël Bergson et de son épouse Katherine, qui en auront cinq autres. Le père de Bergson est compositeur. Il est le petit-fils de Ber ou Berek (lui-même descendant d’un des premiers financiers juifs de Pologne) dont les enfants ont choisi de garder le nom (Bereksohn, puis Bergson). Après avoir combattu dans l’armée polonaise, il a choisi de quitter la Pologne, et de tenter sa chance dans diverses capitales européennes. C’est à Londres qu’il rencontre sa femme, elle-même descendante d’une prestigieuse lignée de sages et de médecins anglais d’origine juive : Constable a peint le portrait de son aïeule, qui vécut cent cinq ans. Elle-même mourra à Folkestone à 99 ans, en 1928.

1863 : Michaël Bergson est nommé au Conservatoire de Genève où la famille emménage boulevard des Philosophes.

1866 : De retour à Paris, le père de Bergson ne parvient pas à connaître le succès, même si son opérette Qui va à la chasse perd sa place égaye le public du Second Empire. Il est trompé par éditeurs et producteurs :  » Voilà comment j’ai été joué. « 

1869 : Bergson élève au Lycée Bonaparte (qui deviendra Fontanes, puis Condorcet) reste seul à Paris après le retour de ses parents à Londres, d’où ils ne partiront plus. Il est pensionnaire à l’Institution Springer, 34-36, rue de La-Tour-d’Auvergne. Il se lie avec Maurice Springer, le fils du directeur, et n’est pas si solitaire que l’on pourrait croire. Il écrit régulièrement à ses parents (et écrira à sa mère toutes les semaines de sa vie), et passe chaque été à Londres.

1877 : Après une scolarité exceptionnelle, Bergson choisit finalement de préparer l’École normale dans la section des lettres. Son professeur de mathématiques, qui avait publié dans son Étude sur Pascal et les géomètres contemporains une solution de Bergson à un problème de Pascal, le regrette en des termes devenus légendaires :  » Vous auriez pu être un mathématicien, vous ne serez qu’un philosophe. « 

1878 : Bergson est reçu à l’École normale supérieure, troisième d’une promotion historique dont le premier est Jean Jaurès. Son admission ne sera cependant définitive qu’après sa majorité civile, celle-ci étant nécessaire pour lui permettre d’opter officiellement pour la nationalité française :  » Expliquer au besoin que je n’ai pas eu à être naturalisé, comme on l’a prétendu : étant né à Paris, je n’avais eu qu’à opter, à ma majorité, pour la nationalité française […]. J’ai fait cette déclaration d’option avec Monceaux et Salomon pour témoins, à la mairie du Panthéon, le 5 novembre 1880 (j’étais à l’École normale). « 

1881 : Bergson est reçu deuxième à l’Agrégation de philosophie (cette fois, il devance Jaurès) présidée par Félix Ravaisson, grâce à une leçon sur un sujet qui devait lui devenir capital :  » Quelle est la valeur de la psychologie actuelle ?  »
Il est alors nommé dans différents postes en province, qu’il n’accepte pas facilement : nommé d’abord à Saint-Brieuc (en septembre), il se déplace à Angers (en octobre 1881 et pour deux ans), après quoi, affecté pendant une semaine à Carcassonne, il est nommé à Clermont-Ferrand où il restera cinq ans (de 1883 à 1888), enseignant à la fois au Lycée et à l’Université comme chargé de cours.
 » Pour ce qui est des événements remarquables, il n’y en a pas eu au cours de ma carrière, du moins rien d’objectivement remarquable. Mais, subjectivement, je ne puis m’empêcher d’attribuer une grande importance au changement survenu dans ma manière de penser pendant les deux années qui suivirent ma sortie de l’École normale, de 1881 à 1883. J’étais resté tout imbu, jusque-là, de théories mécanistiques auxquelles j’avais été conduit de très bonne heure par la lecture de Herbert Spencer, le philosophe auquel j’adhérais à peu près sans réserve. Mon intention était de me consacrer à ce qu’on appelait alors la « philosophie des sciences » et c’est dans ce but que j’avais entrepris, dès ma sortie de l’École normale, l’examen de quelques-unes des notions scientifiques fondamentales. Ce fut l’analyse de la notion de temps, telle qu’elle intervient en mécanique ou en physique, qui bouleversa toutes mes idées. […] J’ai résumé dans l’Essai sur les données immédiates de la conscience […] ces considérations sur le temps scientifique qui déterminèrent mon orientation philosophique et auxquelles se rattachent toutes les réflexions que j’ai pu faire depuis  » (Lettre à William James du 9 mai 1908, Mélanges, p. 765-766).
Ainsi, à côté des cours dont certains ont été conservés et publiés, à côté des séances de psychologie sur la  » suggestion  » dont l’une donna lieu à la première publication scientifique de Bergson (dans la Revue philosophique dirigée par le psychologue Théodule Ribot), à côté des visites officielles et des obligations administratives, à côté des conférences et des discours (une conférence, déjà, sur le rire), à côté des concerts et des amitiés, à côté des promenades à cheval ou des entraînements d’escrime : à côté de tout cela donc, les cinq années de Bergson à Clermont-Ferrand furent consacrées à la maturation d’une découverte ou d’une intuition philosophique fondamentale, qui conduisit à la soutenance d’une thèse et à la publication d’un livre, mais surtout à une rupture profonde avec tout ce qui a précédé, et à l’apparition d’une pensée.

1888 : Soutenance des thèses : Essai sur les données immédiates de la conscience (publié un an plus tard chez Alcan), et Quid Aristoteles de loco senserit (La Théorie aristotélicienne du lieu, thèse latine, selon l’usage de l’époque). La réception de ces ouvrages reste alors restreinte au milieu universitaire, avec notamment deux articles dans la Revue philosophique dirigée par Ribot : le ton y est cependant donné, à la fois dans l’article non signé de Lévy-Bruhl, qui relève la rupture avec Kant et l’ambition métaphysique et surtout avec l’article de Belot :  » Une théorie nouvelle de la liberté « . La  » nouveauté  » de la doctrine de Bergson est alors un signe critique, elle deviendra plus tard un signe de ralliement. 
Bergson est nommé une première fois au lycée Henri-IV (et Louis-le-Grand), puis au collège Rollin avant de l’être à nouveau comme professeur de Première supérieure, où il enseignera de 1890 à 1898.

1892 : Bergson se marie avec Louise Neuburger, cousine notamment de la mère de Marcel Proust qui est garçon d’honneur au mariage. Leur fille Jeanne naîtra l’année suivante, en 1893 : ses parents s’aperçoivent vite qu’elle est sourde et muette.

1896 : Bergson publie son deuxième livre, Matière et Mémoire, après en avoir donné des extraits aux deux principales revues de l’époque, Revue philosophique, sur la mémoire, Revue de métaphysique et de morale, pour un extrait sur la métaphysique de la perception. C’est cette conjonction qui gêne, selon Thibaudet, alors élève de Bergson à Henri-IV, la compréhension du livre. Seule une étude de Delbos voit dans cette diversité, appuyée sur une idée centrale, la force même du livre. Les autres recensions (ainsi la charge au titre révélateur de Jacob :  » la philosophie d’hier et celle d’aujourd’hui « , mais aussi l’article de Belot :  » Un nouveau spiritualisme « ) déplorent la nouveauté d’une philosophie qui critique la connaissance au nom de l’action, et défend en même temps une métaphysique fondée sur l’intuition, qui prétend donc dépasser la connaissance rationnelle par le haut (l’intuition de la durée) et par le bas (l’action et la vie).

1898 : Bergson, qui avait été candidat malheureux à la Sorbonne, est nommé à l’École normale supérieure où il n’enseignera que deux ans. Son enseignement n’y rencontre pas le succès rencontré avant (au lycée) ou après (au collège de France), si ce n’est pour quelques élèves enthousiastes, au premier rang desquels Péguy. C’est l’époque de l’affaire Dreyfus, dans laquelle Bergson ne prend pas publiquement parti.

1900 : Après l’avoir donné en plusieurs livraisons dans la Revue de Paris, Bergson publie Le Rire. La même année, il est élu au Collège de France sur une chaire de philosophie ancienne, Ribot ayant soutenu son projet d’une  » histoire des problèmes « . C’est le début d’une notoriété élargie, et appelée à s’élargir encore.

1903 : Bergson publie dans la Revue de métaphysique et de morale un article manifeste intitulé  » Introduction à la métaphysique « . Cet article, le premier à être traduit dans toutes les langues, est le point de départ du  » bergsonisme  » comme mouvement culturel. Péguy voudrait le rééditer dans ses Cahiers de la quinzaine, Georges Sorel tirera de la critique bergsonienne des concepts au nom des images sa propre théorie des  » mythes  » appelée à une si grande influence politique, l’opposition enfin de l’analyse et de l’intuition devient un mot d’ordre de l’Amérique, où William James s’y intéresse de près, avant de se lier avec Bergson lui-même, à la Russie où ce sera la principale grille de lecture de l’œuvre de Bergson. En France, les premiers théoriciens du cubisme, les premiers fondateurs de la NRF, commencent à s’appuyer sur la doctrine de Bergson.

1907 : Bergson publie L’Évolution créatrice : c’est le début  » de la gloire et même de cette rallonge bizarre de la gloire qu’est la légende  » (Thibaudet). Le livre, pourtant difficile, connaît un immense succès. C’est cette fois la  » querelle du bergsonisme  » qui commence.

1911-1912 : c’est sans doute le sommet de la gloire de Bergson.
Ses livres sont traduits, notamment en anglais. Bergson et même ses premiers livres sont donc compris à partir de son troisième livre, L’Évolution créatrice. La querelle s’étend : Russell reproche à Bergson, comme autrefois Voltaire à Rousseau, de vouloir nous faire revenir, avec son intuition désormais appuyée sur l’instinct issu de la vie, à l’état des abeilles ou des fourmis. William James, qui était devenu son ami et qui, malgré des divergences, se heurtait aux mêmes malentendus avec son pragmatisme (1907, traduit avec une préface de Bergson précisément en 1911) ne peut plus participer à ces débats : il est mort en 1910. Un long article sur Bergson est publié en allemand en 1911, mais dans le numéro même de la revue Logos où Husserl publie son manifeste La Philosophie comme science rigoureuse, dirigé contre le psychologisme et qui, même s’il ne vise pas Bergson, ne peut manquer de le contredire sur des points importants.
Les Cours au Collège de France (où Bergson a changé de chaire en 1904) deviennent les fameux succès mondains où l’on voit arriver des grandes dames et leurs valets de pied, des bouquets de fleurs ( » je ne suis tout de même pas une danseuse « , dut répondre Bergson), mais aussi toute une génération d’étudiants en philosophie (Émile Bréhier, Étienne Gilson, Jean Wahl, bien d’autres encore), et de poètes du monde entier (T. S. Eliot, Antonio Machado, etc.). Il ne faut cependant pas s’y tromper : Jean Wahl raconte combien se dire  » bergsonien  » en 1912 était mal vu notamment à l’École normale supérieure, et derrière cette gloire de surface les tensions se creusent notamment avec le milieu philosophique et scientifique. Si Matière et Mémoire avait appelé l’attention des savants, L’Évolution créatrice rencontre un accueil sceptique des biologistes et critique de la part des autres (la controverse avec Émile Borel, mathématicien, mais aussi directeur de l’ENS et animateur d’importantes réunions scientifiques, laissera des traces durables).
C’est aussi le moment où la philosophie de Bergson rencontre ses premiers relais de grande vulgarisation, positive (ainsi avec Une Philosophie nouvelle, Henri Bergson, de Le Roy, qui sera son ami et successeur aussi bien au Collège de France qu’à l’Académie française), ou critique (avec Une philosophie de la mobilité, de Julien Benda, qui s’en prendra un peu plus tard à  » une philosophie pathétique  » dans les Cahiers de Péguy). La conférence que prononce Bergson au Congrès international de philosophie de 1911, à Bologne, l’  » intuition philosophique « , est une réponse à certains de ses critiques, Lasserre (de l’Action française) et Berthelot notamment qui, dans des séminaires et dans son livre sur Un romantisme utilitaire, fait de sa doctrine un mélange de circonstance (Bergson dira une  » salade « ) de pragmatisme et de romantisme, visant à séduire les foules et dépourvu d’intuition originale. Bergson y défend au contraire l’originalité profonde de toute  » intuition philosophique  » irréductible à tout influence aussi bien doctrinale qu’historique ou issue du milieu quel qu’il soit.

1914 : Bergson, déjà élu à l’Académie des sciences morales et politiques, dont il sera même secrétaire au moment de la déclaration de guerre, est élu à l’Académie Française au fauteuil d’Émile Ollivier, président du conseil au moment de la guerre précédente, en 1870. Son élection a été marquée par une campagne de l’Action française (il est le premier Académicien d’origine juive) : Bergson a pourtant été soutenu de divers côtés. Il ne peut être reçu tout de suite, en raison de la guerre, et ne prononcera son discours qu’en 1918, avant cependant la fin du conflit.

1917 : Après un premier voyage en Espagne en 1916, qui a déjà un but politique ( » amener les personnages influents du pays à une idée plus juste de ce qu’était la France, de ce qu’elle représentait dans cette guerre « ), Bergson, qui s’y était déjà rendu pour une série de conférences est envoyé aux États-Unis en mission diplomatique auprès du président Wilson. Il met toute son autorité de philosophe au service de l’engagement militaire des États-Unis aux côtés de la France.
 » … le 2 avril 1917, il [Wilson] proclama que la guerre était nécessaire. […] Ce fut une exaltation quasi religieuse, comparable à celle des premiers croisés. J’ai vécu là des heures inoubliables. L’humanité m’apparaissait comme transfigurée. Surtout, la France adorée, […], la France était sauvée. Ce fut la plus grande joie de ma vie  » (Mes Missions, Mélanges, p. 1563-1564).

1918 : Le 24 janvier, Bergson est reçu à l’Académie française. Il prononce un discours de réception où l’hommage à Émile Ollivier éclaire en même temps ses propres choix politiques.

1919 : Bergson, en même temps qu’il prend sa retraite de l’enseignement, publie un premier recueil d’essais et de conférences, L’Énergie spirituelle, sur des problèmes métaphysiques et psychologiques, qui comprend aussi une intervention prononcée en tant que président de la Société d’études psychiques :  » fantômes de vivants « .

1920 : Bergson ouvre le Meeting philosophique d’Oxford avec une conférence sur  » Prévision et nouveauté  » et le ferme par une allocution qui évoque déjà l’élargissement du corps de l’humanité par les machines et les techniques et l’appel à un  » supplément d’âme  » qui seront parmi les thèmes majeurs de son dernier livre Les Deux Sources de la morale et de la religion.

1922 : Bergson est nommé président de la CICI (Commission internationale de coopération intellectuelle), organisme qui occupe dans la SDN tout juste fondée la place qu’occupe actuellement l’Unesco dans l’ONU. Il présidera cet organisme jusqu’en 1925, le temps de mettre en place des institutions concrètes concernant les échanges universitaires, la bibliographie, d’apaiser les tensions diplomatiques qui conduisirent d’abord Einstein à refuser de participer, d’amener aussi la création d’un Institut à Paris, où siège toujours l’Unesco.
La même année, Bergson, qui est en train d’écrire un livre sur sa théorie physique, participe à un débat avec Einstein lors de sa venue à Paris. Cette discussion, le 6 avril 1922, à la Société française de philosophie, laisse cependant l’impression d’un débat manqué, d’un malentendu, ou peut-être, comme le dira Merleau-Ponty, d’une  » crise de la raison « .
Cette même année 1922, Bergson participe aux débats sur l’enseignement, prenant parti en faveur des  » études classiques  » qu’il a constamment défendues, réservant l’étude des sciences à des visées d’application.

1925 : Bergson démissionne de la CICI. Il ressent les premières attaques du mal dont il souffrira jusqu’à sa mort, un violent rhumatisme articulaire qui rendra ses mouvements de plus en plus difficiles, et le contraindra à de multiples cures. Sa célébrité fait de sa santé l’objet d’articles fréquents dans la presse.

1927-1928 : En 1928 Bergson reçoit le prix Nobel de littérature au titre de l’année 1927. Deux ans plus tard, Bergson sera fait Grand-Croix de la Légion d’honneur (il perdra d’ailleurs connaissance le jour de la décoration, le 29 mars 1930).

1932 : C’est donc au moment où l’on ne l’attend plus que le livre préparé depuis longtemps par Bergson sur la morale et la religion paraît sans préavis chez Alcan. Les Deux Sources de la morale et de la religion, si elles suscitent un immense débat, le fait surtout sur un plan religieux à la fois biographique et théologique. La réception scientifique et philosophique est en demi-teinte, annonçant les malentendus qui vont affecter durablement la compréhension de Bergson.

1933 : Lors de la venue de Hitler au pouvoir, Emmanuel Mounier, jeune fondateur d’Esprit, demande à Bergson de signer un manifeste contre l’antisémitisme. Bergson refuse :
 » … Je n’ai jamais rien communiqué [au public] qui n’eût été complètement élaboré. Jamais je n’ai donné d’interview, précisément pour cette raison. D’autre part, si c’est simplement pour que je déclare réprouver l’antisémitisme allemand que vous me demandez de vous adresser une ligne, c’est parfaitement inutile : cette réprobation va de soi. Une telle déclaration n’a d’intérêt que si c’est un non-juif qui la fait  » (Bulletin des amis d’Emmanuel Mounier, no 78, septembre 1992, p. 8).

1934 : Bergson publie un deuxième recueil d’Essais et conférences, qui sera son dernier livre, précédé d’une Introduction écrite spécialement. La Pensée et le Mouvant explicite la méthode après la découverte des résultats, ou resserre la réflexion philosophique sur ses propres problèmes, toujours reliés cependant à la lecture des livres, et de leurs problèmes propres.

1936 : Dernières interventions publiques de Bergson, à l’Académie française, à la radio. Il écrit son Testament, qui contient donc déjà son choix religieux, dévoilé à sa mort, cinq ans plus tard.

1939-1940 : Bergson refuse quelque privilège que ce soit matériel et surtout symbolique (dispense d’étoile jaune et, selon certains témoignages, titre d’aryen d’honneur). Il quitte Paris, puis y revient de Dax et de La Gaudinière, sa maison près de Tours.

1941 : 3 janvier, Bergson meurt d’un refroidissement pulmonaire.
Ses derniers mots sont célèbres :  » Messieurs, il est cinq heures, le cours est terminé « .
À la suite de rumeurs, une partie du Testament dut être publiée par Mme Bergson, dans une lettre adressée de Suisse à Emmanuel Mounier :
 » Mes réflexions m’ont amené de plus en plus près du catholicisme où je vois l’achèvement complet du judaïsme. Je me serais converti si je n’avais vu se préparer depuis des années […] la formidable vague d’antisémitisme qui va déferler sur le monde. J’ai voulu rester parmi ceux qui seront demain des persécutés. Mais j’espère qu’un prêtre catholique voudra bien, si le cardinal archevêque de Paris l’y autorise, venir dire des prières à mes obsèques. Au cas où cette autorisation ne serait pas accordée, il faudrait s’adresser à un rabbin, mais sans lui cacher et sans cacher à personne mon adhésion morale au catholicisme, ainsi que le désir exprimé par moi d’abord d’avoir les prières d’un prêtre catholique.  »
Ainsi, pour Bergson, on peut dire que la conversion au catholicisme représente (tout comme le christianisme lui-même dans sa philosophie de la religion), à la fois une continuité et une rupture. C’est un saut mais aussi un  » achèvement « . Cependant, les circonstances font que cette conversion n’aurait en ce moment précis de l’histoire manifesté que la rupture, interprétée même comme un abandon, et aurait masqué la continuité, ainsi que sa part nécessaire de fidélité. D’où ce choix, qui mêle différentes  » raisons  » dans l’unité d’un acte libre, manifesté avec une grande précision dans le Testament. Le retentissement de ce geste, sous ses deux aspects, fut (en 1941) à la hauteur des circonstances qui l’imposèrent à Bergson.

Ces éléments de biographie ont paru dans le numéro du Magazine littéraire consacré à Bergson, en avril 2000 (n° 386), et se trouvent également dans l’ »Espace Bergson » du site des Presses universitaires de France, http://www.puf.com/wiki/Espace_Bergson/Qui_était_Bergson%3F/Biographie_de_Bergson

Présentation de la SAB

Présentation de la SAB

La Société des amis de Bergson est une association loi de 1901 fondée en 2006 à l’instigation de son actuel président, Frédéric Worms, professeur à l’Université Lille III-Charles de Gaulle.
Cette Société vise à combler un manque criant dans le monde culturel français, depuis la disparition, au cours des années 1970, de l’Association des amis de Bergson, qui avait été fondée, au lendemain de la guerre, par ceux qui avaient été les élèves et les proches du philosophe.
L’association actuelle vise à retrouver l’impulsion de ces prédécesseurs, mais aussi, et surtout, à l’infléchir en fonction des exigences du moment présent en philosophie. Car il ne s’agit pas seulement de « combler un manque », mais d’abord de tenir compte du considérable développement des études sur Bergson depuis une quinzaine d’années, lui-même corrélatif d’un regain d’intérêt pour cette philosophie dans le plus vaste public.

La Société des amis de Bergson se donne donc une triple tâche de soutien, notamment universitaire, en direction de ces études, et de leurs jeunes auteurs en particulier ; de coordination de ces études, à l’exemple des différents colloques composant l’Année Bergson ; et de diffusion des mêmes études, à travers diverses publications, à commencer par les Annales bergsoniennes (PUF), dont trois volumes sont déjà parus. Un quatrième est déjà prévu, qui contiendra les actes du présent colloque.
Mais ces différentes tâches ne peuvent être menées à bien que sur le socle d’une édition enfin critique de l’œuvre de Bergson, réalisée, sous la responsabilité scientifique de Frédéric Worms, par une équipe de jeunes chercheurs réunie au sein de la Société, et qui comportera trois livraisons, la première ayant eu lieu en 2007, la deuxième et la troisième étant programmées pour 2008 et 2009. À cette première édition critique de l’œuvre de Bergson, qui est vouée à être une des réalisations les plus pérennes de la Société, s’ajoute un programme d’édition d’inédits, dont les premières étapes furent la publication de leçons données par Bergson, au Collège de France notamment, dans les volumes déjà parus des Annales bergsoniennes.
L’autre condition à laquelle ces tâches pourront être accomplies est de prendre en compte, et même de favoriser, notamment par le biais d’un site internet prochainement construit, le caractère très nettement international du renouveau de la recherche bergsonienne : il est tenu le plus grand compte de ce caractère dans la constitution de la Société, dans le choix des lieux et des institutions où elle manifeste son activité, et dans les possibilités qui sont données, aux différents membres étrangers, de voir leurs contributions traduites dans les Annales bergsoniennes.
La structure de la Société des amis de Bergson étant celle d’une association loi de 1901, elle contient un bureau (composé d’un président, d’un trésorier et d’un secrétaire), un conseil d’administration (regroupant des personnalités, notamment universitaires, nationales et internationales, qui ont de longue date montré la valeur de leurs recherches sur Bergson et contribué à donner à cette pensée toute sa vigueur actuelle), élargi à un certain nombre de « membres d’honneur » (dont, en plus d’importantes personnalités universitaires, Mme Annie Neuburger, descendante et ayant-droit de Bergson, et Mme Sabine Coron, Directrice de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, responsable du fonds Bergson dans cette même bibliothèque), et déjà plus d’une centaine de membres. La cotisation annuelle est actuellement de 20 euros, réduite à 10 euros pour les étudiants, et pouvant s’élever à 30 euros (ou plus) pour ceux qui souhaitent devenir « membres bienfaiteurs » de la Société.
Par ces dispositions, nous espérons encourager une réflexion à la fois sur le contenu propre de la philosophie de Bergson et sur sa place au sein d’un XXe siècle philosophique, notamment français, qui, du même coup, devient lui-même objet de l’interrogation philosophique. De sorte que la pensée bergsonienne se trouvera, dans le même mouvement, à la fois située dans son moment propre, et mise en position de donner tout l’effet qu’elle est en mesure de produire sur le nôtre.

Arnaud FRANÇOIS

Secrétaire de la Société des amis de Bergson

Les chants et musiques soufis mis à l’honneur dans le Riad à Marrakech

3d01e58f-a715-4ee8-aca0-fed1c0d9b77f.1_8548_33383246La cinquième édition du Mawssimiya du Samâa se tiendra dans la ville de Marrakech du 29 avril au 3 mai 2015. Une opportunité pour les touristes qui auront loué des Riad à Marrakech. De cette manière, ils pourront découvrir la ville et participer aux différentes activités qui se tiennent dans la ville pendant cette période. L’organisateur de cet évènement est l’Association Al Muniya de Marrakech pour la revivification et la préservation du patrimoine du Maroc. Cette cinquième édition autour des musiques soufies de Marrakech sera consacrée à la méditation du renouveau de la spiritualité. Le principal objectif de cet évènement est de préserver le patrimoine artistique mondial, mais aussi le patrimoine culturel et spirituel grâce à ces rencontres, des musiques et des chants soufis. De cette manière, ils pourront faire de Marrakech un lieu incontournable de la médiation culturelle entre l’Orient et l’Occident.

Hommages rendus à l’art et la culture à Marrakech

À Cette fin, l’un des principaux fondements du soufisme est abordé durant ces rencontres : il s’agit de « la connaissance et l’amour à travers des conférences, des cénacles et des concerts de musiques traditionnelles ». C’est un évènement qui s’annonce plein de rebondissements et d’intérêt pour les touristes qui sont pour la plupart dans les Riad à Marrakech. Une fois de plus Marrakech sera le centre d’attention de tout un secteur artistique. La cinquième édition de cet évènement rend aussi hommage à la mémoire des Koutoubiyines en mettant à l’honneur la maison d’édition « fons Vitae », ainsi que sa directrice Aicha Virginia Gray Henry dont l’œuvre est dédiée à l’établissement d’une relation entre son pays d’origine, l’Amérique et la tradition spirituelle propre aux musulmans.

Un autre hommage sera rendu à l’écrivain d’origine égyptienne Youssef Ziedan dont l’œuvre est le symbole du renouveau de la grande littérature arabe et moderne dont le cheval de bataille est la spiritualité. De nombreux hommages qui peuvent être vécus depuis un Riad à Marrakech. La cinquième édition du Mawssimiya du Samâa Marrakech met également à l’honneur les arts littéraires en célébrant les trésors des bibliothèques de Tombouctou. Un autre hommage sera rendu à la période médiévale du Maroc lors de la rencontre des commissaires qui gèrent deux expositions portant sur ce thème. Un tel évènement aide à renforcer la  renommée du Maroc à travers le monde, en tant que destination touristique et culturelle de choix qui sait s’ouvrir sur le monde extérieur.

Paru début 2012 : Disséminations de L’évolution créatrice de Bergson

Disséminées en 1907 par le philosophe français Henri Bergson, germées en 1927 avec l’obtention du Prix Nobel, les graines de l’Évolution créatrice ont désormais poussé aux quatre coins du monde. L’ouvrage ne cesse de porter ses fruits dans les domaines philosophiques, scientifique, historique, voire politique. En octobre 2007, à l’occasion du centenaire de sa parution et dans le cadre des célébrations nationales de « l’année Bergson » en France, un colloque a associé des chercheurs mondialement reconnus au Japon. Le présent volume rassemble les exposés de ce colloque « Disséminations de L’Evolution créatrice. Histoire(s) de la réception ».