Présentation de la SAB

La Société des amis de Bergson est une association loi de 1901 fondée en 2006 à l’instigation de son actuel président, Frédéric Worms, professeur à l’Université Lille III-Charles de Gaulle.
Cette Société vise à combler un manque criant dans le monde culturel français, depuis la disparition, au cours des années 1970, de l’Association des amis de Bergson, qui avait été fondée, au lendemain de la guerre, par ceux qui avaient été les élèves et les proches du philosophe.
L’association actuelle vise à retrouver l’impulsion de ces prédécesseurs, mais aussi, et surtout, à l’infléchir en fonction des exigences du moment présent en philosophie. Car il ne s’agit pas seulement de « combler un manque », mais d’abord de tenir compte du considérable développement des études sur Bergson depuis une quinzaine d’années, lui-même corrélatif d’un regain d’intérêt pour cette philosophie dans le plus vaste public.

La Société des amis de Bergson se donne donc une triple tâche de soutien, notamment universitaire, en direction de ces études, et de leurs jeunes auteurs en particulier ; de coordination de ces études, à l’exemple des différents colloques composant l’Année Bergson ; et de diffusion des mêmes études, à travers diverses publications, à commencer par les Annales bergsoniennes (PUF), dont trois volumes sont déjà parus. Un quatrième est déjà prévu, qui contiendra les actes du présent colloque.
Mais ces différentes tâches ne peuvent être menées à bien que sur le socle d’une édition enfin critique de l’œuvre de Bergson, réalisée, sous la responsabilité scientifique de Frédéric Worms, par une équipe de jeunes chercheurs réunie au sein de la Société, et qui comportera trois livraisons, la première ayant eu lieu en 2007, la deuxième et la troisième étant programmées pour 2008 et 2009. À cette première édition critique de l’œuvre de Bergson, qui est vouée à être une des réalisations les plus pérennes de la Société, s’ajoute un programme d’édition d’inédits, dont les premières étapes furent la publication de leçons données par Bergson, au Collège de France notamment, dans les volumes déjà parus des Annales bergsoniennes.
L’autre condition à laquelle ces tâches pourront être accomplies est de prendre en compte, et même de favoriser, notamment par le biais d’un site internet prochainement construit, le caractère très nettement international du renouveau de la recherche bergsonienne : il est tenu le plus grand compte de ce caractère dans la constitution de la Société, dans le choix des lieux et des institutions où elle manifeste son activité, et dans les possibilités qui sont données, aux différents membres étrangers, de voir leurs contributions traduites dans les Annales bergsoniennes.
La structure de la Société des amis de Bergson étant celle d’une association loi de 1901, elle contient un bureau (composé d’un président, d’un trésorier et d’un secrétaire), un conseil d’administration (regroupant des personnalités, notamment universitaires, nationales et internationales, qui ont de longue date montré la valeur de leurs recherches sur Bergson et contribué à donner à cette pensée toute sa vigueur actuelle), élargi à un certain nombre de « membres d’honneur » (dont, en plus d’importantes personnalités universitaires, Mme Annie Neuburger, descendante et ayant-droit de Bergson, et Mme Sabine Coron, Directrice de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, responsable du fonds Bergson dans cette même bibliothèque), et déjà plus d’une centaine de membres. La cotisation annuelle est actuellement de 20 euros, réduite à 10 euros pour les étudiants, et pouvant s’élever à 30 euros (ou plus) pour ceux qui souhaitent devenir « membres bienfaiteurs » de la Société.
Par ces dispositions, nous espérons encourager une réflexion à la fois sur le contenu propre de la philosophie de Bergson et sur sa place au sein d’un XXe siècle philosophique, notamment français, qui, du même coup, devient lui-même objet de l’interrogation philosophique. De sorte que la pensée bergsonienne se trouvera, dans le même mouvement, à la fois située dans son moment propre, et mise en position de donner tout l’effet qu’elle est en mesure de produire sur le nôtre.

Leave a Reply

*

*